Couche-tard ou lève-tôt, c’est selon, auront précisément 72 minutes pour s’imprégner d’un phénomène astral inédit : l’éclipse lunaire totale. Inscrite dans l’agenda de ses événements astronomiques, le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag) avertit que ceux qui veulent observer l’éclipse totale de la Lune, qui aura la particularité d’arborer une couleur écarlate ou «rouge sang», débutera à 3 h 11 et se terminera à 4 h 32 le lundi 28 septembre. Cet événement céleste est spécial dans la mesure où il offre une vision spectaculaire de la Lune, transformée, sous le prisme de la lumière du soleil et de l’ombre de la Terre, en une «orbe sanguinolente». Au plus près de la Terre, la «Lune de sang» relève d’un positionnement unique qui consiste en un alignement du Soleil, de la Terre et de la Lune dans un ordre très précis et sur le même axe. La Terre vient se placer entre le Soleil et la Lune qui, sous l’effet des longueurs d’onde les plus rouges des rayons solaires qui passent alors à travers la barrière de notre atmosphère, s’imbibe de rouge. Le phénomène, tient à rappeler le Craag, contrairement aux éclipses solaires, «peut être observé à l’œil nu sans précaution particulière». C’est le jour ou jamais d’observer cette Lune unique, car le phénomène d’éclipse totale s’accompagne par ce que la Nasa appelle la «super Lune», mouvement astral qui ne se reproduira pas avant 2033. Le centre américain explique que le satellite de la Terre sera non seulement de couleur rouge sang, mais également à son point le plus proche de notre planète, son périgée, et sera donc particulièrement grosse et brillante dans le ciel : la lune apparaîtra environ 14% plus grande et 30% plus lumineuse, rajoutant à la rareté de l’événement. La dernière combinaison d’une éclipse lunaire totale et d’une super Lune remonte à 1982.