L’attribution des marchés au niveau des APC et autres institutions étatiques est, dans la plupart des cas, la cause des lenteurs dans la livraison ou de la mauvaise qualité des constructions, notamment dans le domaine du bâtiment, qui demeure le pari des hautes autorités de l’Etat. En effet, l’attitude et le manque de professionnalisme de certains soumissionnaires chamboulent les calculs des responsables. C’est le cas de l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) qui vient d’adresser des mises en demeure aux entreprises chargées de la réalisation des projets de logements relevant du programme LPA de Belgaïd, dont les travaux, pour des raisons qui sont inexpliquées, sont actuellement à la traîne. « Les entrepreneurs, par le biais de ces mises en demeure qui leur ont été adressées par l’OPGI, sont sommés de retrousser les manches et alimenter le chantier en moyens humains et matériels adéquats afin respecter les délais de réalisation fixés au préalable», stipule la mise en demeure. Les 1 300 logements promotionnels aidés (LPA) de Belgaïd font partie du grand projet du pôle urbain implanté dans la daïra de Bir El Djir. Toutefois, devant l’incompétence affichée par certains entrepreneurs, qui ne sont pas à la hauteur, les grands projets d’El Bahia sont, la plupart du temps, en retard ou bien victimes du bâclage et de malfaçons. Pourtant, les responsables avaient rassuré les bénéficiaires que le fiasco du projet LSP ne sera en aucun cas celui du LPA. Le premier trimestre de l’année prochaine avait été annoncé comme une date butoir pour la livraison de la totalité du programme de logements publics aidés (LPA). Le wali, lors d’une récente visite d’inspection, s’est retrouvé devant des sites vierges, alors que d’autres sont à peine entamés et ne sont qu’au stade des fondations. Le projet est pourtant lancé depuis plus d’une année, mais il tourne au ralenti et, pour expliquer cette situation, maîtres d’œuvre et entreprises se rejettent la balle. Le wali a, par ailleurs, insisté sur la réalisation du réseau de voirie et réseaux divers (VRD), dont les travaux, qui avancent lentement, risquent de retarder la livraison des projets. A noter que le site de Belgaïd figure dans le plan de wilaya pour la résorption de l’habitat précaire. Plusieurs cités, qui sont en cours de finalisation, devront être livrées incessamment.