L’initiative du «front interne» tiendra officiellement son meeting le 30 mars à la Coupole du 5-Juillet, à Alger. C’est à l’issue d’une rencontre technique des partis membres de cette démarche qui se sont réunis hier à Ben Aknoun que cette date a été arrêtée. Le Front de libération nationale (FLN), à l’origine de l’initiative, précise que la coïncidence de la date du meeting avec le congrès de l’opposition réunie au sein de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD) n’est nullement fait pour la gêner. «Les évènements politiques qui opèrent la décantation au sein de la classe politique, ce sont les échéances électorales», a expliqué M. Badji, député FLN chargé de l’initiative, au sortir de la rencontre. «On a décidé d’organiser ce meeting le 30 mars parce que les autres jours, la Coupole n’est pas disponible, elle devrait abriter d’importants évènements sportifs», a-t-il expliqué, avant d’interroger devant l’insistance des questions de la presse : «Où est le problème que des gens viennent à notre meeting et que d’autres aillent à celui de l’opposition ?» M. Badji, qui ne manque pas d’envoyer des piques à l’opposition à l’occasion de sa contestation violente à la loi de finances de 2016, s’étonne du fait que «quand eux (l’opposition, ndlr) protestent à l’Assemblée populaire nationale et disent que les députés sont des traîtres, ce n’est pas chahuter, c’est la démocratie, et nous, quand on a voulu organiser notre meeting le même jour qu’eux, mais dans un lieu différent, c’est considéré comme une manière de les gêner et de chahuter leur rencontre». Selon lui, «ils pourront en effet dire qu’on veut chahuter leur rencontre si toutefois l’on avait décidé d’aller à Mazafran, chez eux, mais ce n’est nullement le cas». Sollicité à propos de l’objet du meeting de la Coupole, il notera que «c’est en soutien au président de la République et à l’ANP». «Ce meeting entre dans le cadre du programme de l’initiative», explique-t-il encore. Amar Saâdani, le secrétaire général du FLN, avait expliqué lors de sa dernière sortie médiatique que l’initiative «est une démarche destinée contre l’ingérence étrangère. Elle se veut comme étant une démarche de renforcement du front interne contre les dangers qui guettent notre pays de l’extérieur, surtout dans un contexte marqué par une situation sécuritaire délétère au niveau des frontières et que Daech frappe en Libye». Questionné à propos de la présence ou non des formations politiques soutenant traditionnellement le président de la République, à l’image du MPA d’Amara Benyounes et du RND d’Ahmed Ouyahia, M. Badji a soutenu que «nous leur avons adressé des invitations à tous». A propos du cas du RND qui lui-même a lancé l’idée d’une alliance partisane de soutien au président Bouteflika, M. Badji a fait remarquer que «le RND nous a dit qu’il participera à la rencontre et ils peuvent venir à tout moment». Le député FLN, qui annonce d’importantes personnalités qui prendront part au meeting du 30 mars, prévoit quelque 20 000 participants à ce rendez-vous.