Au moment où le ministre du Travail plaide en faveur de la refonte du système de retraite et défend son projet coûte que coûte sur le terrain, les usagers et les abonnés de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnas) et, ceux de la Caisse nationale de retraite (CNR) font face à d’innombrables contraintes et dysfonctionnements.


En effet, le système des remboursements des congés de maladie, le suivi et le contrôle médicaux, le mode de gestion des dossiers des abonnés sont devenus désuets et réclame des mesures urgentes, bien plus que la suppression ou non de la retraite proportionnelle ou anticipée… Il est de notoriété publique que le remboursement des médicaments ou la perception des mensualités au titre des congés de maladie relève du parcours du combattant. La moyenne des remboursements des congés de maternité est de six mois à une année. Cela, dans le cas où tout est en règle. Sinon, c’est pire. « Cela fait quatre mois que j’attends qu’on me régularise. J’ai accouché au mois de juillet passé. J’ai repris le boulot mais j’attends toujours qu’on me rembourse. Ce n’était pas facile pour moi de rester sans salaire tous ces mois, avec un bébé et une famille à nourrir », nous confie une dame rencontrée à la Cnas Didouche-Mourad à Alger-Centre. Un autre fonctionnaire en congé de maladie a attendu plus de 9 mois pour encaisser ses mensualités. « J’ai effectué mes contrôles médicaux et justifié mon état de santé. J’ai reçu les visites surprises des contrôleurs, et j’ai attendu toute cette période pour être remboursé », note notre interlocuteur. Il renchérit : « Aujourd’hui, au bout de quinze mois, je me retrouve encore sans salaire avec des dossiers perdus et des pièces manquantes ». En effet, il est également de notoriété publique que des dossiers sont perdus et d’autres dysfonctionnements sont signalés. La non-informatisation de la gestion des dossiers des usagers et des services empêche une gestion saine et rigoureuse de la Cnas et, par ricochet, de la CNR. C’est cela, le fond du dossier auquel le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, M. El Ghazi, ainsi que le conglomérat des syndicats autonomes devraient s’attaquer et en urgence.