Après les commerçants de la  ville de Bordj-Ménaiel qui ont suivi largement le mot d’ordre de grève lancé sur les réseaux pour dénoncer la nouvelle loi de finances, le mouvement de grève  s’est répandu dans d’autres localités de la wilaya, notamment dans la région est de Boumerdés. Ainsi, les commerçants de la ville des Issers ont fermé leurs magasins. Chabet-El- Ameur, où la grève qui a été suivie partiellement le premier jour, le 2 janvier, a vu hier la fermeture quasi totale des commerces qu’elle compte. La même situation est signalée dans la ville de Dellys, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Boumerdés, où plusieurs commerçants ont suivi le mot d’ordre de grève après un suivi mitigé le premier jour. A Naciria, ce sont des jeunes qui ont tenté de déclencher une émeute mais les commerçants n’ont pas  suivi la grève puisque tous les magasins étaient restés ouverts. Des escarmouches ont éclaté durant la soirée d’avant-hier où des jeunes se sont attaqués au commissariat de la ville avec des pierres avant que les policiers ne ripostent en lançant des bombes lacrymogènes. Les affrontements, qui ont duré plusieurs heures, se sont soldés par  l’arrestation d’une dizaine de jeunes. Ces derniers ont été libérés quelque temps après, a-t-on confirmé. Hier, la ville était calme et tous les commerces étaient ouverts.