L’intersaison n’a, manifestement, rien arrangé du côté de l’USM El-Harrach. Les supporters d’ « Essafra » auraient certainement voulu que leur club ne retombe pas dans ses travers de l’exercice passé où il a échappé de justesse au purgatoire. Mais il n’en est rien. Après trois journées dans la Ligue 1 Mobilis, le team de la banlieue d’Alger n’a toujours pas gagné le moindre match. Pire, il ne compte aucun point au compteur. L’état de crise est décrété.

 

Dans la zone rouge, avec deux promus (l’US Biskra et l’USM Blida), l’USMH donne toujours l’impression d’être un  apprenti dans l’élite footballistique. Il faut dire que la manière dont le club est géré ne pouvait qu’engendre ce début catastrophique dans le championnat. Younes Ifticen, chef de la barre technique, aurait même décidé de ne plus entraîner l’équipe décidant de jeter l’éponge.
Le faux départ du banc, Ifticen l’avait déjà fait avant l’entame de la compétition avant de revenir à de meilleurs sentiments. On ne sait donc pas si cette décision est définitive ou juste une réaction provoquée par la frustration et le cumul des contreperformances.
Chez les joueurs, l’approche de la situation révèle bien que le groupe est secoué et affecté par cette entame ratée dans le challenge national. «Apparemment, l’équipe tarde à trouver ses marques. Notre problème c’est qu’on n’arrive pas à réaliser un bon résultat qui provoquera le déclic. Je trouve que nous souffrons d’un blocage psychologique. Sinon,  je pense qu’il faudra du temps à l’équipe pour retrouver son rythme car ce n’est pas facile de sortir d’une telle crise » estime le défenseur Sofiane Khelili ajoutant que le groupe est  « conscient de la gravité de la situation. Il faudra qu’on se serre les coudes et qu’on prenne nos responsabilités lors des prochains matchs »
Néanmoins, il faudra noter que les Harrachis ont aussi eu un calendrier assez difficile pour les 3 premiers rounds. Ils ont affronté l’ES Sétif, champion sortant, le CR Belouizdad, actuel leader de la Ligue 1 Mobilis avec un carton plein, et l’O Médéa en déplacement réputé pour être solide chez lui. Cela dit, les « Jaune et Noir » devront réagir dès la prochaine étape quand ils recevront le CS Constantine (4e, 6 points). Sinon, ça sentira vraiment le roussi. n