Les propriétaires de véhicules sont désemparés. Et pour cause, au niveau des différents centres de contrôle technique à Oran, de longues files d’attente sont quotidiennement dénombrées. Des dizaines de véhicules sont stationnés dès les premières heures de la matinée pour passer le contrôle technique, fixé en ce mois-ci, pour les voitures neuves immatriculées de 2014 à 2016.

 

A Es Sénia comme à El Morchid, les files d’attente sont le point commun, et les automobilistes sont complètement désemparés face à cette situation qui se reproduit à chaque ouverture de la période du contrôle technique. «Croyez-moi, je suis venu à 6H du matin, pensant que je serai parmi les premiers, mais à ma grande surprise, j’ai trouvé plusieurs voitures garées avant moi. Les premiers clients étaient déjà là à 1H du matin », nous dira un automobiliste. Un autre ajoute : «Au début d’année, c’est toujours la même situation. Peut-être que le nombre de ces centres à Oran n’est pas suffisant pour recevoir des milliers de véhicules qui doivent passer le contrôle technique ?» Le contrôle technique concerne les véhicules immatriculés de 2014 à 2016, ce qui reflète le rush constaté actuellement sur les centres de contrôle technique malgré les mesures entreprises par les services concernés l’année dernière. En effet, les centres de contrôle technique ont été instruits et autorisés à travailler au-delà des 8 heures quotidiennes, en restant ouverts jusqu’à minuit, afin de faire face à la forte demande. Les propriétaires de véhicule ont été autorisés également à effectuer le contrôle dans n’importe quelle wilaya. Ces mesures ont été prises par souci de faciliter aux citoyens la réalisation de ce contrôle qui dure 20 mn par véhicule. Pour rappel, les dispositions de la loi n°01-14 du 19 août 2001 stipulent le contrôle périodique est obligatoire pour l´ensemble des véhicules automobiles, notamment les voitures de tourisme, véhicules de transport en commun de personnes, véhicules de transport de marchandises, taxis, véhicules de transport de matières dangereuses, ambulances, ainsi que les véhicules de dépannage. Les nouveaux tarifs des opérations de contrôle technique des véhicules, publiés dans au dernier Journal Officiel, indiquent que le prix d’un contrôle technique varie selon la catégorie. Pour un véhicule de moins de 3,5 tonnes destiné au transport de personne (9 places maximum), il faut compter 835 dinars pour la visite et 334 dinars pour la contre-visite, soit un total de 1 169 dinars. Ceci inclut donc les véhicules particuliers (de tourisme). Par ailleurs, pour les véhicules servant au transport en commun, ayant une capacité de 10 places et plus, les tarifs (incluant la visite et la contre-visite) sont fixés à 2 339 dinars, indique le Journal Officiel. Pour les véhicules de 3,5 tonnes (max), servant au transport de marchandises, les tarifs grimpent pour une facture de 1 754 dinars. Pour le transport de marchandises, pour les véhicules excédant le poids de 3,5 tonnes, le prix est de 3 506 dinars, détaille le J.O. Ceci dit, les tarifs publiés n’incluent pas la TVA et le droit de timbres sur les quittances, ni la taxe parafiscale reversée à l’Établissement national du contrôle technique automobile (Enacta), détaille la même source.