5 000 milliards de sacs en plastique consommés chaque année : L’ONU tire la sonnette d’alarme

0
9
Le plastique, dans ses différentes formes et différents usages, envahit la planète Terre. A eux seuls, les sacs en plastique tournent autour d’une consommation qui avoisine les 5 000 milliards d’unités chaque année dans le monde, soit 10 millions par minute, indique un rapport de l’ONU

, publié hier à l’occasion de la Journée mondiale de l’Environnement, coïncidant avec la date du 5 juin, et placée cette année sous le thème de «la lutte contre la pollution plastique ». Pire, une infime proportion de ces 5 000 milliards de sachets est recyclée. Compte tenu du volume on considère que si ces sacs étaient attachés ensemble, «ils pourraient entourer la planète sept fois toutes les heures», note le rapport. Mais, le drame ne se limite pas à cette seule quantité de sacs en plastique, puisque cette matière est partout présente dans les nouvelles mœurs de production et de consommation qui se sont développées à la faveur d’une industrie du plastique qui n’a cessé de croître pour dépasser celle de tous les matériaux depuis déjà les années 1950. «L’essentiel des déchets sont des plastiques à usage unique, comme les bouteilles en plastique, les bouchons en plastique, les emballages alimentaires, les sacs plastique de supermarché, les couvercles en plastique, les pailles, les touilleurs et les récipients alimentaires à emporter», souligne à ce propos le rapport. Mais les chiffres de la catastrophe, puisque c’en est bel et bien une, n’ont pas fini de livrer toutes leurs secrets : seulement 9% des neuf milliards de tonnes de plastique que le monde a produites ont été recyclées. Une part à peine plus grande (12%) a été incinérée. Le reste a fini dans les décharges, les océans, les canalisations, où il mettra des milliers d’années à se décomposer totalement. En attendant, il contamine les sols et l’eau avec des particules de microplastiques dont certaines ont été retrouvés, selon l’ONU, jusque dans le sel de table commercial. Les études montrent, indique le rapport, que 90% de l’eau en bouteille et 83% de l’eau du robinet contiennent des particules de plastique. Des statistiques et données qui angoissent. Et le drame n’a pas encore dit son dernier mot, puisqu’à ce rythme de consommation et au vu des pratiques de gestion des déchets, la Terre comptera environ 12 milliards de tonnes de déchets plastiques dans les décharges et l’environnement à l’horizon 2050. «Nos océans ont été utilisés comme une décharge, ce qui provoque l’étouffement de la vie marine et transforme certaines zones marines en soupe plastique», déclare dans le rapport le chef d’ONU Environnement, Erik Solheim. «Dans certaines villes, les déchets plastiques bouchent les canalisations, ce qui provoque des maladies. Consommés par le bétail, ils trouvent leur chemin jusque dans la chaîne alimentaire», ajoute-t-il. Et à situation plus que critique, un défi plus que difficile à affronter. En d’autres termes, «l’ampleur du défi est décourageante», indique l’ONU. Le début de prise de conscience des menaces que fait peser le phénomène plastique a été certes salué par l’ONU, notamment à travers les 60 pays qui ont adopté des politiques visant à réduire cette pollution.

Mais beaucoup de travail reste à faire, estime la même institution qui interpelle les gouvernements et les exhorte à faire usage de «leadership et d’interventions de la part du gouvernement pour faire face à la marée montante des plastiques». Une méthode de gouvernance pour une meilleure gestion des déchets, des mesures incitatives pour encourager les consommateurs à changer leurs habitudes de consommation ou encore davantage de recherches sur les matériaux alternatifs.

Océans : l’immense décharge

Les chiffres du désastre ne sont pas encore épuisés. Cette fois-ci, ils racontent le supplice que fait subir le plastique aux animaux. Et pour cause, ce sont au moins 8 millions de tonnes de cette matière qui sont jetées chaque année dans les océans, l’équivalent d’un camion à ordures complet chaque minute poursuit le rapport de l’ONU. Ces agissements causent la mort d’un million d’oiseaux de mer et de 100 000 mammifères marins, indique l’Organisation. Un massacre qui a fait réagir le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, appelant à bannir les produits en plastique à usage unique qui sont responsables de la pollution des océans et qui seront plus nombreux que les poissons en 2050 si la tendance actuelle continue. «Notre monde est envahi par les déchets plastiques nocifs. Si la tendance actuelle continue, il y aura en 2050 plus de plastiques que de poissons dans les océans. Le message est simple : bannissez les produits en plastique à usage unique», a déclaré M. Guterres. Pour le bien de la planète, l’ONU estime qu’il « est temps de repenser notre utilisation du plastique et de renoncer au plastique jetable ». A travers le thème retenu pour cette Journée mondiale de l’Environnement, l’organisation mondiale tente de sonner le glas pour aller en guerre contre la pollution plastique en encourageant les gouvernements, les industries, les communautés et les individus à explorer ensemble des alternatives durables afin de réduire de toute urgence la production et l’utilisation excessive de plastiques à usage unique « responsables de la pollution des océans et représentant une menace pour la santé », rappelle-elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here