La caravane de divertissement  et de sensibilisation intitulée « Sif sna, sif l’hna », organisée par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales et l’Aménagement du territoire, est arrivée en milieu de semaine dernière  à Aïn Beïda (25 kilomètres à l’est d’Oum El Bouaghi), où elle a élu domicile  au stade communal  Meziani-Abderahmane de la ville.

Deux jours durant, la caravane en question a animé des activités diverses  en matière de distractions (jeux, exhibitions et autres) au profit des  enfants et des jeunes. D’autre part, des actions de proximité et des activités de sensibilisation du grand public  sur la prévention  des risques divers de pathologies  spécifiques à la saison estivale, telles les maladies à transmission hydrique (MTH), les dangers de la natation dans les étendues d’eau et dans les plages non surveillées, les risques du kyste hydatique émanant du sacrifice du mouton de l’Aïd et autres ont été entreprises par la caravane.

Lancée par le ministère de l’Intérieur, la soirée du  jeudi  2 août, en direction des deux premières destinations, en l’occurrence les wilaya de Bordj Bou-Arréridj et de Tissemsilt, la caravane organisée sous le thème « Le village d’été » et sous le slogan « Sif sna, sif  l’hna », qui s’étalera  jusqu’au 20 août, est composée d’une multitude  d’activités de divertissements et d’animations  au profit des enfants et des jeunes ainsi que  des opérations  de proximité  et de sensibilisation afin de prévenir  des différents dangers  de la période estivale.

Enfin la caravane  sillonnera une dizaine  de wilayas, parmi lesquelles  Guelma, Tébessa, Tissemsilt, Saïda, El Bayadh, Khenchela…

 

Intempéries : Les défaillances du réseau d’assainissement mises à nu

Le problème de l’inondation de  la  ville d’Oum El Bouaghi continue de persister depuis la suppression des oueds la traversant. Ce sont  surtout  les  cités localisées en aval de la montagne de Sidi Rghiss surplombant  la ville qui   font toujours les frais des importants débits d’eau descendant à toute vitesse lors des fortes chutes de pluie.  L’efficacité de la protection du chef-lieu de wilaya des inondations semble ne pas  atteindre les effets escomptés. Cela étant, les   chutes de pluie  qui  sont  généralement accueillies   avec satisfaction par les agriculteurs, car  synonymes  d’une bonne récolte dans cette région à vocation agro-pastorale,  mettent à nu  malheureusement, chaque fois, les défaillances   du réseau d’assainissement. Les chutes de pluie orageuse enregistrées  depuis quelque temps   n’ont pas épargné  les désagréments  aux citoyens dans les quartiers et cités. Ces derniers, dont les avaloirs   sont obstrués et mal faits, ont enregistré la stagnation  de grandes quantités d’eau  bordant les trottoirs, causant ainsi  des  difficultés aux citoyens pour rejoindre leurs  domiciles.

Ces derniers se sont alors retrouvés  contraints  de se doter  de balai-frottoir   et  passer  des heures  à chasser les eaux vers d’autres lieux  pour dégager  les trottoirs et les entrées des habitations.

Pis, des carrefours,  à l’exemple de celui jouxtant l’hôtel Sindbad  et menant vers le siège de la wilaya, sont devenus impraticables alors que de nombreuses chaussées de  l’ancienne ville ont été immergées par les eaux rendant la circulation automobile difficile.

Alors qu’autrefois, juste après les orages, on constatait l’arrivée des équipes communales de la voirie  pour entreprendre l’opération de dégagement des routes, carrefours  des eaux stagnantes, détritus et autres pour permettre la fluidité de  la circulation automobile  et des personnes, aujourd’hui, cette initiative n’est  plus de mise.