Le président du Comité olympique algérien (COA), Mustapha Berraf, qui assure depuis un an l’intérim de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), la branche africaine du CIO,

a été élu, jeudi dernier, président de cette instance à Tokyo. Berraf a été élu à l’issue du second tour des élections en comptabilisant 34 voix sur les 54 exprimées, contre 20 pour l’autre candidate retenue pour ce tour, la Burundaise Lydia Nsekera. Déjà, au premier tour, le patron du Comité olympique et sportif algérien (COA), premier vice-président de l’ACNOA depuis quatre mandats, avait trusté la majorité absolue d’une voix (27) contre 16 pour Nsekera et 11 pour le Camerounais Kalkaba Malboum. Le 4e candidat, le Botswanais Negroes Malealea Kgosietsile, s’était, pour sa part, retiré de la course. Un second round s’est tenu alors pour élire le futur président de l’ACNOA et a concerné seulement Berraf et Nsekera. A la veille des élections, et dans un entretien accordé à RFI, Mustapha Berraf a déclaré que «le départ de Monsieur Lassana Palenfo a précipité ma candidature. J’ai estimé avoir une vision claire de ce que pouvait être l’ACNOA en tant qu’association encore plus respectueuse et plus performante. Avec mes camarades, on a discuté de cette question. Et on s’est mis d’accord pour que je sois candidat et que nous entrions dans une ère de gestion plus participative».

«La victoire de l’Afrique»
Par ce plébiscite, Mustapha Berraf (64 ans) a confirmé l’estime dont il jouit dans la grande famille du mouvement sportif africain. Joint au téléphone par l’APS juste après son élection, le premier Algérien, président de l’ACNOA a déclaré : «Je tiens à remercier du fond du cœur tous les membres de l’assemblée générale pour leur confiance, leur constance et leur grande fidélité. Je suis rentré dans cette grande maison de l’olympisme africain il y a un peu plus de 20 ans maintenant et je continuerai à la servir avec le dévouement et la passion avec laquels vous m’avez toujours connu». «Aujourd’hui, c’est la victoire de l’Afrique. Il n’y a ni vainqueur ni vaincu. Beaucoup de progrès ont été réalisés par l’Afrique ces toutes dernières années. Après avoir redonné à l’ACNOA sa sérénité et sa respectabilité, maintenant c’est à nous de continuer sur cette lancée afin de mener à bien notre programme», a conclu Berraf.S. B