L’Egypte veut attirer 100 000 touristes algériens l’année prochaine, a déclaré l’ambassadeur d’Egypte en Algérie, Ayman Musharrafa, cité par l’agence de presse Middle East News Agency (Mena).

Les touristes algériens sont la nouvelle cible du secteur du tourisme égyptien, qui rencontre des difficultés depuis la chute du régime Moubarak en février 2011. L’Egypte et l’Algérie entretiennent d’excellents liens dans tous les domaines, comme en témoigne la première visite à l’étranger du président Abdel Fattah El-Sissi qui a eu lieu en Algérie, a ajouté M. Musharrafa.
En novembre, le Premier ministre égyptien, Moustafa Madbouli, avait déclaré que les investissements égyptiens en Algérie s’élevaient à 3,6 milliards de dollars et que les hautes autorités égyptiennes souhaitaient supprimer les visas d’entrées pour les ressortissants des deux pays. Une demande officielle a été exprimée par l’ex-président Mohamed Morsi.
Une demande renouvelée par le président actuel Abdelfetah El Sissi. Pour le moment, les autorités algériennes observent le silence en attendant de voir clair.
Au milieu des années 1990, les autorités égyptiennes avaient imposé un visa d’entrée aux Algériens sans même consulter les autorités algériennes. Une mesure similaire avait été prise par les autorités algériennes à l’égard des Egyptiens.
Cependant, les projections des  autorités égyptiennes d’atteindre  100 000 touristes algériens en 2019 ne sont pas une mince affaire. Et pour cause, la persistance des attentats terroristes qui ciblent en priorité les touristes étrangers.
Vendredi dernier, trois touristes vietnamiens ont été tués dans un attentat à la bombe qui a ciblé le bus qui les transportait. Depuis le renversement du président Morsi, les attentats terroristes se sont multipliés dans le pays et ciblent en priorité les touristes étrangers et les membres des forces de l’ordre.<