Le wali a présidé, lundi dernier, le regroupement des fellahs qui ont choisi le créneau de tomate industrielle. Lors de sa courte intervention, le premier responsable de la wilaya a sommé les partenaires de cette filière à accompagner les paysans dans tous les domaines, notamment en leur fournissant suffisamment d’eau,

financièrement pour alléger les charges, etc. Il est à signaler que ce rassemblement a vu la participation des professionnels des wilayas environnantes dans la filière de la tomate. Son intervention a été suivie d’un rapport détaillé sur la filière qui ne cesse d’enregistrer des rendements qui dépassent toutes les prévisions. La filière a enregistré, la saison 2018, un excédent de production. La wilaya est classée deuxième et assure avec deux autres wilayas 80% de la production nationale. Le pays n’a plus besoin d’importer le double et le triple concentré de tomate, étant donné que cette filière produit à chaque saison plus que le besoin national qui se situe entre 90 000 et 100 000 tonnes l’an. Selon le rapport présenté devant l’assistance, la filière produit 160 000 tonnes/an. Les activités des fellahs et les 15 unités de transformation sont anéanties par l’importation des double et triple concentrés inondant ainsi le marché national. Le taux de 200 % sur l’importation n’est pas encore appliqué ce qui laisse libre cours aux importateurs qui tirent des dividendes sur le dos des vrais fellahs et des vrais investisseurs. Par ailleurs, les fellahs ont relevé, lors de ce débat, les prix trop élevés pour l’acquisition de l’engrais indispensable. Ils ont aussi dénoncé les pratiques peu orthodoxes des unités de transformation qui leur font signer des conventions mais qui les gardent chez elles de peur de payer l’excédent en cas de paiement des échéances. Aussi, il est dit que les vrais agriculteurs ne possèdent pas de terre, ces dernières sont entre les mains de personnes qui les louent à raison de quatre millions de centimes l’hectare et par an.

Enfin, signalons que cette rencontre régionale coïncide à juste titre avec l’amorce de la campagne «tomate industrielle» et a pour objectif de préparer, selon les termes du wali, la rencontre nationale sous l’égide du ministère de l’Agriculture qui sera tenue à Alger. Le wali, qui s’est dit du côté des fellahs, a fait savoir qu’il milite pour la création d’une direction régionale à El Tarf. Lors de cette rencontre qui a duré tard dans la journée de lundi, des recommandations ont été faites notamment sur l’accompagnement des fellahs, le déblocage financier au niveau des banques. Ces dernières ont été sommées de régler les problèmes en suspens avec les unités de transformations.