L’indemnisation financière des moudjahidine, les dossiers relatifs aux archives et à la mémoire de la guerre de Libération nationale ont été parmi les sujets évoqués par le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, en marge de sa visite, jeudi dernier à Tizi Ouzou.

Répondant à une question relative à la reconnaissance de la qualité de moudjahid et de la prise en charge financière y afférente, dont beaucoup de dossiers sont enregistrés au niveau de la commission nationale, dissoute en 2002, le ministre des Moudjahidine, dont «le rôle se limite à l’aspect administratif du dossier», précisera que l’Organisation nationale des moudjahidine, concernée par la gestion des demandes en question, a décidé d’un délai supplémentaire de huit mois pour examiner les demandes en suspens. Des enquêtes sont en cours pour décider du rejet ou de la validation. S’agissant de l’application de l’article 25, alinéa 4 de la loi du Chahid, relative aux droits d’une certaine catégorie d’ayants droit, dont les deux parents sont décédés durant la Révolution et qu’on désigne sous le vocable de «pupilles de la nation », le ministre annoncera que la procédure de prise en charge financière est en bonne voie au niveau du ministère des Finances. La résolution des litiges liés aux dossiers de la mémoire est en bonne en voie entre les gouvernements français et algériens qui planchent sur les requêtes formulées par l’Algérie pour l’indemnisation des victimes des essais nucléaires réalisés par la France en Algérie et la restitution des archives. Des commissions mixtes sont à pied d’œuvre pour régler le problème de la restitution des crânes de résistants algériens «déportés» en France. «Une commission d’experts algériens s’est déplacée en France pour faire un travail d’identification (…). L’opération avance», selon Tayeb Zitouni, reconnaissant que «la tâche est difficile et la question sensible». Autre sujet abordé par le ministre, la demande de restitution de «474 km d’archives» de la guerre de Libération nationale encore détenues par la France. «Le litige porte sur 474 km d’archives, qui est un chiffre reconnu par la partie française», dira le ministre des Moudjahidine, qui ne cache pas son optimiste quant à l’aboutissement du dossier. «Les contacts se poursuivent entre les services concernés au niveau des Etats. Dans une première étape, il sera récupéré des copies d’archives pour ensuite aboutir au rapatriement des pièces originales», annonce Tayeb Zitouni. Ajoutant que «le dossier avance mais requiert de la patience et un travail minutieux d’experts». Signalons que le ministre des Moudjahidine a effectué un long périple à travers la wilaya de Tizi Ouzou avec des haltes à Aït Yahia Moussa, où il a visité la maison natale de Krim Belkacem transformée en musée. Une visite similaire a été effectuée à la demeure natale d’Abane Ramdane, également transformée en musée, située à Azouza (Larbaâ Nath Irathen).