La commémoration du nouvel an amazigh 2969, coïncidant avec la date du 12 janvier 2019, a débuté jeudi 10 janvier dans la wilaya d’Oum El Bouaghi.
Pour cela, un riche programme s’étalant du 10 au 17 janvier a été mis en place par la wilaya.

C’est ainsi qu’à Aïn Beïda, la première étape, plus exactement, au théâtre régional, le chef de l’Exécutif a donné le coup d’envoi officiel de l’exposition du livre amazigh, organisée en collaboration avec le Haut-commissariat à l’amazighité (HCA), avant de procéder officiellement à l’ouverture des «Premières journées nationales du théâtre amazigh».
La délégation de la wilaya assista alors à la présentation restreinte de deux pièces théâtrales amazigh. Il s’agit de la pièce «Timinfella», une production du Théâtre régional d’Oum El Bouaghi, primée au Festival du théâtre amazigh de Batna (2018), et « Daim Nabliss », une pièce théâtrale de l’association Sakhrat Erokh de Tamanrasset.
La seconde étape du programme a débuté samedi par l’inauguration, par le chef de l’Exécutif, de l’enseigne en langue amazigh mise en place sur le fronton de la wilaya.
La Maison de la culture a abrité une exposition d’effets vestimentaires, instruments et ustensiles traditionnels, ainsi que des produits agricoles locaux et des plats traditionnels tels le couscous, la « tchakhchoukha », gâteaux traditionnels et autres. Ces activités sont rythmées parallèlement par des scènes d’exhibitions folkloriques et de fantasia au chef-lieu de wilaya.
Les festivités de Yennayer ont été marquées samedi par une soirée musicale amazighe à la Maison de la culture.
Parallèlement, la bibliothèque principale de lecture publique du chef-lieu de wilaya organise, du 12 au 17 janvier 2019, une « semaine du patrimoine amazigh » dans le cadre de la commémoration de l’évènement culturel et identitaire Yennayer. Une exposition du livre amazigh, des ateliers de dessin, d’apprentissage de lettres amazigh, méthode de calcul de l’année amazigh pour enfants ainsi que des contes sur l’histoire du patrimoine amazigh local, marquent la manifestation. L’identité et le patrimoine amazigh sont mis en exergue par une conférence animée, samedi, ainsi que des récitals poétiques avec la participation de l’association des Oulémas et des projections vidéo autour de personnalités historiques amazighes. «Djebel Baya» de Azzedine Medour et «Machahou» de Belkacem Hadjaj sont les deux projections de films amazigh programmés à l’occasion pour les journées des 13 et 14 janvier et seront suivies le 15 janvier par une conférence intitulée « l’héritage amazigh » et de récitals poétiques et projections de vidéo traitant des personnalités amazigh. La clôture de la semaine sera marquée, le 17 janvier, par la projection d’un film amazigh intitulé « Lala Fatma Nsoumer » de Belkacem Hadjaj et des projections vidéo pour enfants traitant de l’histoire amazighe