Les chutes de neige enregistrées depuis quarante-huit heures dans la wilaya de Sétif ont provoqué la fermeture de plusieurs axes routiers. C’est le cas de la route nationale 76, reliant les wilayas de Sétif et Bordj Bou Arrérij, au niveau de la localité Borj Zemoura, où l’épaisseur a atteint 55 centimètres

, selon un élu de l’APC de Guenzet, au nord-ouest de Sétif. Par ailleurs, sur la même RN76, le tronçon reliant Guenzet et Bougaâ, reste toujours fermé au lieudit Ouled El-Hadj selon notre source. Egalement, selon le responsable du bureau de la sécurité routière du groupement de la gendarmerie, Kamel Tegar, le trafic routier sur les RN74 et 75, reliant Sétif à Béjaïa et traversant une vingtaine de communes, et la RN9 reliant Sétif à Béjaïa via Amoucha, reste toujours difficile, voire impossible, notamment au niveau du col de Takouka (1 280 mètres d’altitude) dans la commune d’Aïn Abbassa et à El-Maouane à El-Ouricia. Les RN77 et 77A Sétif et Jijel, par Beni Aziz et Sétif, et Mila via Aïn Sebt, ont été bloquées vendredi et samedi. Selon un communiqué du groupement de la gendarmerie de Sétif, ce dernier est intervenu pour secourir 13 voitures et 2 camions coincés sur la RN 9 reliant Sétif à Béjaïa. En effet, plusieurs communes montagneuses de la région nord de Sétif ont été enclavées suite aux chutes de neige qui ont atteint, par endroits, 30 -centimètres. La commune d’Aït Tizi fait partie des communes enclavées et une dizaine de villages demeurent toujours sans gaz de ville. Cette commune pauvre, qui dispose d’un seul rétro-chargeur, a trouvé moult difficultés pour ouvrir le chemin communal (CC) 90 et pouvoir recevoir du ravitaillement, notamment les bonbonnes de gaz butane. Les élus locaux de cette commune ont lancé un appel aux entrepreneurs afin de désenclaver les villages isolés à l’instar de Tizrarine, Ighil Imzi, Tinarine et Izrane. Selon le P/APC, les entreprises privées et la direction des travaux publics ont favorablement répondu à l’appel lancé par les élus locaux en dépêchant des engins pour dégager les voies. Par ailleurs, la commune d’Aït Noual M’zada a été totalement coupée du reste du monde suite aux intempéries. Le CC 101 reliant le chef-lieu communal vers Bouandas a été ouvert par des entrepreneurs qui ont mobilisé leurs engins. A noter que les deux retro-chargeurs dont disposent les services communaux sont toujours en panne. Dans la commune d’Aïn Sebt, plusieurs villages demeurent toujours isolés. Les autorités locales ainsi que les entrepreneurs sont toujours sur le terrain pour désenclaver les villages de Larabaâ, Oualbane, El-Mardj et Ouled Messaoud. A Bousselam, à l’extrême nord de Sétif, les routes vers certains villages, à l’instar de Bouzegout et Ouled Amara, sont toujours impraticables. Les villages de la commune de Babor et Serdj El-Ghoul sont isolés en attendant l’ouverture des axes routiers menant à ces localités montagneuses. Sur un autre plan, la rareté des bonbonnes de gaz butane a été ressentie par plusieurs communes, notamment celles situées dans la région nord de Sétif, à l’instar de Bouandas, Tala Ifacene, Aït Tizi, Aït Noual M’zada et Maoklane. Selon les dires des citoyens joints par téléphone, ce manque a été provoqué par les éleveurs de volaille. D’autre part, plusieurs coupures d’électricité ont été signalées dans de nombreuses communes montagneuses. Ainsi les villageois de Takarkart, dans la commune de Bouandas au nord de Sétif, ont passé la nuit sans électricité avant qu’elle ne soit rétablie par les services de Sonelgaz vendredi matin. Les habitants de Babors ont, eux aussi, passé la nuit de vendredi à samedi sans électricité