La semaine commence mal pour la monnaie nationale qui vient de dévisser face à l’euro. Cette dépréciation serait, néanmoins, une bonne nouvelle pour l’économie qui ne peut pas se permettre le luxe de voir le dinar s’apprécier, car, une appréciation du taux de change du dinar ne ferait que réduire la valeur des revenus de la fiscalité pétrolière libellée en dinar et aiderait, par la même, cet élan vers l’importation.

Hier, dimanche, jour de publication, par la Banque d’Algérie, des cotations hebdomadaires des billets de banque et des chèques de voyage, valables du 13 au 19 janvier 2019, le dinar perd du terrain contre l’euro, mais grappille quelques sous face à un dollar en perte de vitesse sous l’effet des dernières décisions de la Réserve américaine. La valeur du dollar est fixée cette semaine
à 116,12 dinars à l’achat et à 123,20 dinars à la vente par la Banque centrale. Quant
à l’euro, sa valeur est de 133,90 dinars à l’achat et à 142,12 dinars à la vente. Il y a une semaine, (allant du 6 au 12 janvier 2019), la valeur du billet vert était fixée à 116,83 dinars à l’achat et à 123,96 dinars à la vente, alors que la valeur de la monnaie unique était de 132,75 dinars à l’achat et à 140,90 dinars à la vente. Le taux de change du dinar de cette semaine par rapport aux principales devises correspond à la tendance constatée depuis le début de l’année sur les marchés internationaux, où la principale devise du Vieux continent prenait d’importants profits face au billet vert. En variations mensuelles, la cotation du dinar sur un mois confirme une tendance vers la stabilisation de son taux de change vis-à-vis des principales devises. Il y a un mois (la semaine allant du 16 au 22 décembre 2018), la valeur du dollar était fixée à 116,72 dinars à l’achat et à 123,85 dinars à la vente, tandis que la valeur de l’euro était de 132,92 dinars à l’achat et de 141,06 dinars à la vente. Sur une année, le cours du dinar s’est légèrement apprécié face à la monnaie unique européenne et s’est déprécié tout aussi légèrement face au dollar. Sur la semaine allant du 14 au 20 janvier 2018, la valeur du billet vert était ainsi fixée à 112,96 dinars à l’achat et à 119,86 dinars à la vente, alors que la valeur de l’euro était de 136,29 dinars à l’achat et de 144,65 dinars à la vente. En dépit de son effet corrosif aussi bien sur le pouvoir d’achat des ménages que celui des entreprises, d’aucuns pensent que l’appréciation du taux de change du dinar par rapport aux principales devises serait d’un bon apport pour l’économie. Sur les six premiers mois de 2018, l’évolution des cours de change du dinar, en moyenne mensuelle, vis-à-vis de l’euro et du dollar reflète globalement l’évolution des cours de change de l’euro face au dollar sur les marchés internationaux. Entre décembre 2017 et mars 2018, le cours de change de l’euro face au dollar est passé de 1,18 à 1,23 dollar, soit une appréciation de 4,24%. En revanche, l’euro s’est déprécié face au dollar de près de 5,69%, entre mars et juin 2018, lit-on dans la dernière note de conjoncture de la Banque centrale. «En phase avec ces évolutions, le dinar s’est légèrement apprécié face au dollar de 0,87% entre décembre 2017 et mars 2018 et s’est déprécié face à l’euro de 3,04 % sur la même période. Inversement, entre mars et juin 2018, le dinar s’est déprécié face au dollar de 3,09% et s’est apprécié de 2,94% face à l’euro », lit-on également. Sur ces deux premières semaines de 2019, les cotations du dinar correspondent presque parfaitement à l’évolution de la parité euro-dollar. Depuis une année, les ajustements de la Banque d’Algérie sont pour le moins légers et limités, traduisant une conformité à la situation des fondamentaux de l’économie et à l’évolution de la cotation du dollar et de l’euro sur les marchés internationaux. Sur la période 2019-2021, le gouvernement prévoit un taux de change à 118 DA/1 dollar dans le cadre de la loi de finances 2019. Ceci suppose que les fondamentaux restent en l’état avec, comme perspective, un prix moyen du pétrole à 70 dollars le baril.