L’état des lieux du volet pédagogique et celui de l’hébergement au niveau du pôle universitaire de Tamda de l’université Mouloud-Mammeri (Ummto) a été passé
au peigne fin par le wali, Abdelhakim Chater, lors de sa visite d’inspection.

A cette occasion, le wali a été mis au courant que 2 700 places pédagogiques sont achevés à 100%. Alors que les
10 000 places pédagogiques, qui ont fait couler beaucoup d’encre, ont connu un retard considérable suite à la résiliation du contrat avec l’entreprise espagnole défaillante. Ce projet, qui a atteint seulement un taux d’avancement global de 28%, a suscité l’intérêt du premier responsable de la wilaya qui a plaidé pour la préparation d’un nouveau cahier des charges pour l’installation de cinq entreprises qui seront chargées de la réalisation de ce projet. Après avoir inspecté certains blocs qui dépassent un taux d’avancement de 60% et d’autres qui n’arrivent pas à démarrer, le wali a instruit la directrice locale des équipements publics (DEP) d’adopter la démarche de la livraison graduelle qui se fait par segments pour mettre fin à la surcharge de l’université. « Nous sommes en train de suffoquer à l’université. Alors, il faut livrer ces infrastructures dont le taux d’avancement est appréciable à nos étudiants afin de leur permettre de souffler et de rentrer dans les normes nationale et internationale ». Dans le même sillage, il a ordonné que les blocs, dont le taux d’avancement dépasse les 60%, soient prêts d’ici la prochaine rentrée universitaire. A préciser que huit amphithéâtres n’arrivent pas à voir le jour. Par la suite, le wali s’est rendu au niveau de la bibliothèque qui est achevée à 100% et qui sera mise à la disposition des étudiants dans un mois, une fois que les équipements seront installés. « Sur le plan des infrastructures universitaires, nous sommes satisfaits. Cela permettra de diminuer la surcharge au niveau des départements universitaires, mais aussi de permettre aux étudiants d’avoir leurs places pédagogiques dans de bonnes conditions ». Sur place, le wali a mis l’accent sur l’installation de fourreaux de réservation pour la mise en place d’un réseau de connexion à la fibre optique, que ce soit au niveau de la bibliothèque ou au niveau des résidences universitaire pour permettre aux étudiants de s’ouvrir au monde extérieur et d’évaluer leur savoir. Ainsi, il a insisté pour que la viabilisation soit faite à partir des énergies renouvelables, notamment le système LED solaire et que l’éclairage public extérieur soit autonome du réseau électrique et du transport et ce, par la mise en place de plaques solaires. Une stratégie qui entre dans le cadre de la politique de la rationalisation énergétique.
La cité U de 1 500 lits livrée d’ici un mois
Pour ce qui est du volet hébergement, Abdelhakim Chater a inspecté la résidence universitaire de 1 500 lits, où le gros œuvre confié au groupe chinois CGC est achevé, les VRD sont à 90% (réseau d’assainissement, AEP, le gaz, électricité. Il reste l’installation des équipements de cuisine et la literie pour rendre cette infrastructure aux normes et soulager la cité U de Oued Aïssi. «Nous allons solliciter la direction générale des œuvres universitaires pour la mettre à la disposition des étudiants. Nous allons procéder d’ici un mois à la réception par procès-verbal de cette cité universitaire avec la directrice des équipements publics au profit du DOU ». Par la suite, il s’est rendu au niveau de la résidence U d’une capacité de 1 000 lits dont les travaux de VRD sont à relancer suite à la défaillance des entreprises réalisatrices de ce projet. Il a donné un échéancier pour la livraison de ce projet d’ici la prochaine rentrée universitaire. «Nous sommes contraints d’installer une nouvelle entreprise pour relancer les travaux.
Le projet sera en totalité réceptionné d’ici la prochaine rentrée universitaire», a-t-il indiqué.