Le championnat national de football ne connaît pas le fair-play ! Pour la saison «aller», la Dgsn a dénombré 80 incidents dans les infrastructures sportives contre 92 l’année dernière. Lors de ces incidents, il a été procédé à l’arrestation de plus de 720 personnes contre 620, et plus de 300 personnes ont été blessées dont 215 policiers.

A Constantine, Oran, Tizi Ouzou, Alger… la liste des incidents dans les stades algériens est longue.  Lors d’une conférence de presse tenue hier, à la Direction de la sécurité publique d’Alger,  le contrôleur de police et directeur de la sécurité publique, Aïssa Naïli, a qualifié la violence dans les stades de «déplorable», révélant l’enregistrement durant la présente saison sportive de pas moins de 80 incidents ayant causé des blessures à 316 personnes, dont 215 policiers. «Alors que nous ne sommes qu’au début de la saison, où l’enjeu de la compétition n’est pas très important, les matchs ‘’aller ‘’ ont enregistré des scènes de violence entre les supporters et policiers», a-t-il déploré. Selon l’interlocuteur, le bilan de la Dgsn des actes de violence dans les enceintes sportives, durant la phase aller de la compétition, fait état, également, de la destruction de 65 véhicules, dont 52 appartenant à la Sûreté nationale, de  l’arrestation de 726 personnes, dont 82 mineurs. Sur ce nombre, 198 personnes ont été présentées devant la justice. Dans ce sillage, il a indiqué que «la Dgsn a enregistré une augmentation du nombre de blessés chez les supporters et les policiers comparativement à la même période en 2017, soit 115 blessés en plus parmi les supporters». D’ailleurs, le nombre de policiers blessés lors des incidents survenus à l’occasion des matches de football a progressé, passant de 84, en 2017, à 215 en 2018. Durant cette période la Dgsn a déployé 210 207 agents de l’ordre public pour assurer la sécurité de 927 matches de football à travers le territoire national.
Match MCA/USMBA… trois policiers   sanctionnés
Revenant sur la rencontre MCA- USMBA (0-1), en novembre dernier, et qui a enregistré de graves actes de hooliganisme, ainsi que de violentes échauffourées entre services d’ordre et supporters, en particulier, et la violente prise à partie d’un jeune homme, tabassé brutalement alors qu’il gisait par terre,  le responsable a regretté «le comportement inapproprié de certains agents de maintien de l’ordre lors de l’exécution de leur mission», soulignant que «les trois policiers impliqués ont fait l’objet de sanctions administratives». «Ils ont même été déférés devant la justice», a-t-il ajouté. En revanche, il dira que «les forces de l’ordre sont toujours en première ligne face à une délinquance de plus en plus violente», soulignant qu’«elles sont parfois pointées du doigt à l’occasion d’affaires controversées comme celle du matche MCA-USMAB».

La Dgsn définit les responsabilités
Aïssa Naïli a évoqué l’important déploiement des forces de police sur le terrain et la multiplication des actions pour le début de la saison retour.
L’officier dira à ce propos que «les clubs et les stadiers doivent aussi fournir des efforts en vue d’aider les services de police à garantir la sécurité lors des matchs», soulignant que «la sécurité relevait de la responsabilité de tous les acteurs du secteur des sports».
«Nous continuerons à assurer la sécurité dans les enceintes sportives», a en outre déclaré l’officier. Il ajoutera que le travail demandé à la police «est quasi impossible, quand il s’agit de contrôler l’entrée des mineurs et l’introduction d’armes blanches dans les stades».
Il lancera ainsi un appel aux parents d’enfants mineurs pour qu’ils empêchent ces derniers d’aller aux stades sans accompagnateurs.
Par ailleurs, la Dgsn a déploré aussi que le fait d’aller au stade devienne une corvée pour les supporters à cause de l’absence du transport et d’autres commodités, alors qu’assister à un match de football devrait être considéré comme un spectacle et un moyen de détente pour les supporters.