Evènement à rayonnement régional incontournable, le Salon de l’automobile de l’ouest -Autowest- a fini par étendre sa notoriété et son attractivité à une dimension carrément nationale, acquise ces trois dernières années

, c’est-à-dire depuis que le Salon de l’automobile d’Alger a baissé rideau, en attendant des jours meilleurs pour le marché automobile national qui permettraient au palais des expositions de la Safex de renouer avec ce qui avait été longtemps sa seconde manifestation économique annuelle après la Foire internationale d’Alger. Pour sa 18e édition, qui se déroule actuellement (9 – 12 décembre) au Centre des conventions d’Oran, Autowest a encore soigné sa qualité en comptant sur des stands mis aux standards des marques qui les occupent, et dont les représentant ont visiblement fourni plus d’efforts au profit des espaces d’exposition en les rendant plus valorisants pour les modèles s’y trouvant et donc plus attractifs pour le public présent en force au CCO. On est bien loin des premières années qui avaient vu l’événement automobile de la capitale de l’Ouest évoluer au Palais des expositions d’Oran, à Mdina Djdida, dans des décors de souk qui ne valait pas le détour, encore moins la halte qu’on pourrait accorder à un salon. Autrement dit, si Autowest a gagné en qualité et en standing, c’est d’abord grâce au déménagement dont il a profité depuis déjà plusieurs années pour aller s’installer dans un CCO nettement plus hospitalier aussi bien pour les exposants que pour les visiteurs. Autowest n’est d’ailleurs pas le seul événement socio-économique à élire domicile dans ce site devenu la destination privilégiée des organisateurs de salon et autres manifestations du genre à El Bahia. De plus en plus d’opérateurs ont opté, ces dernières années, pour la qualité de ces lieux avec l’ambition d’apporter une valeur ajoutée nécessaire à l’exposition de leurs produits dans des salons dédiés. Mais dans le cas précis du marché automobile, Autowest doit d’abord son maintien en vie et l’amélioration de ses espaces d’exposition à une industrie automobile naissante en Algérie, à laquelle ses trois dernières éditions ont été dédiées. En mettant le cap sur la production nationale, à travers des slogans sur mesure, les organisateurs de cette manifestation ne semblent pas trop se casser la tête pour perpétuer une tradition assurément fructueuse pour leur chiffre d’affaires. Il leur a suffi, en effet, de rassembler les opérateurs autour de l’activité d’assemblage automobile en Algérie, entre véhicules de tourisme, utilitaires et poids-lourd, mais aussi motocycles, pour conserver à la manifestation oranaise de fin d’année sa raison de durer encore dans le temps dans un marché, où les importations, qui
avaient longtemps servi de rendez-vous dédiés à l’automobile dans plusieurs régions du pays, ont cessé d’être depuis bientôt trois années