Le Comité de soutien aux travailleurs de Cevital et l’investissement privé a réussi, hier, à mobiliser des dizaines de milliers de personnes dans les rues de la ville de Béjaïa pour demander la levée des déblocages qui ciblent les projets économiques du groupe d’Issad Rebrab.

La marche a démarré du siège du groupe de Cevital à Béjaïa pour arriver au siège de la wilaya en passant par l’ancienne ville et la rue de la Liberté. Pendant leur parcours, les manifestants, venus de plusieurs wilayas du pays, ont appelé à débloquer les projets d’investissement de Cevital à Béjaïa et dans les autres wilayas. Ils ont également appelé les pouvoirs publics à réunir les conditions nécessaires pour le développement économique de la wilaya de Béjaïa.
Supporters des clubs locaux MOB et JSMB, travailleurs de Cevital, fonctionnaires de l’APC de Béjaïa, étudiants et enseignants universitaires, ils ont tous rejoint la marche. La majorité des fonctionnaires de l’APC de Béjaïa ont quitté leurs postes pour rejoindre la manifestation.
De même que les travailleurs des filiales de Cevital. Des élus locaux, des députés de Béjaïa, de Tizi Ouzou et même d’Alger ont pris part à l’action. Des dirigeants du prestigieux club JSK à leur tête son président Chérif Mellal ont marché eux aussi dans le premier carré. Les étudiants de l’université de Béjaïa n’ont pas raté cette occasion pour marquer leur présence. Ils étaient des centaines à marcher aux côtés des travailleurs de Cevital. La structure locale de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) a soutenu elle aussi la marche. En arrivant au siège de la wilaya, les manifestants ont suivi les interventions des députés, des syndicalistes, des acteurs de la société civile. « Nous sommes ici pour exprimer notre soutien aux travailleurs de Cevital, pour défendre la création d’emplois, pour dire non au chômage », a déclaré le député Khaled Tazaghart. Pour lui, la mobilisation d’hier va finir par payer. « L’année dernière à cette date, on s’était mobilisés pour réclamer la reconnaissance de Yennayer, comme fête nationale, chômée payée. Notre mobilisation a abouti à un acquis. Notre mobilisation d’aujourd’hui va également finir par le déblocage des projets de Cevital », a-t-il dit. S’exprimant à la fin de la marche, le coordinateur national du Comité de soutien aux travailleurs de Cevital et à l’investissement privé, Mourad Bouzidi, s’est félicité de la mobilisation citoyenne pour défendre la liberté d’entreprendre. Il a en outre, affirmé que des centaines de milliers de personnes n’ont pas pu rejoindre la marche en raison des points de contrôle de la Gendarmerie nationale. « La marche d’aujourd’hui c’est pour dire non à la politique du deux poids deux mesures, non au blocage des projets d’investissement, oui à la création de l’emploi et à la libération des initiatives dans le domaine économique », a-t-il déclaré.