Le Musée olympique algérien a été destinataire de plusieurs dons sous forme d’articles sportifs émanant de fédérations nationales et anciens athlètes d’élite, mais aussi de particuliers, lors d’une cérémonie présidée mardi à Alger par son directeur, Mohamed Lazhari-Yamani.

Parmi les dons offerts, le kimono de feu Mustapha Mabed, ancien éducateur et judoka international remis par son épouse et son fils qui a indiqué que cette tunique «sera à sa vraie place au musée et mieux préservée que chez moi à la maison». Ont suivi d’autres dons du Comité olympique et sportif algérien (COA), dont le président Mustapha Berraf était présent, de la Fédération algérienne d’escrime, de basketball, handball, handisport et gymnastique, entre autres. Le musée a été ainsi récipiendaire de trophées, coffrets, médailles, livres, maillots, photos, posters et autres articles. Il y a eu également un don d’un particulier d’une collection de timbres émis depuis 1965 sur différentes compétitions internationales. «A l’instar des précédents dons, ceux réceptionnés aujourd’hui vont garnir le musée et écriront l’histoire du mouvement olympique algérien que le peuple doit connaître», a déclaré Mohamed Lazhari-Yamani, premier représentant de l`Algérie aux Jeux Olympiques (Tokyo-1964). Dans son allocution, l’ancien gymnaste a insisté sur le rôle du musée dans la conservation de l’histoire du sport algérien d’avant et après l’indépendance, avec le devoir de constituer le point de départ de cette valeureuse mission. «Dès l’ouverture du musée il y a trois ans, des champions ont montré la voie pour enrichir l’histoire de notre mouvement sportif qui devra être un support important pour écrivains, chercheurs et autres qui s’intéressent à l’histoire de notre sport», a expliqué le directeur de l’enceinte, ajoutant que cette opération doit continuer dans le temps. Il a ainsi appelé toutes les personnes (sportifs, dirigeants, journalistes ou fédérations) qui veulent enrichir par des dons le musée olympique algérien à le faire, «car la moindre pièce contribuera à faire perdurer et préserver la mémoire du sport algérien à travers le temps». Les responsables du musée veulent en faire «un musée dynamique et plein de vie suscitant un réel intérêt avec conférences, projections et débats sur l`empreinte que laisse le mouvement sportif algérien». «Il est là aussi pour combattre l`oubli et permettre à plusieurs générations d’avoir un repère sur notre sport», a souhaité Mohamed Lazhari-Yamani, faisant savoir que des cérémonies de collecte de dons seront organisées périodiquement et les donateurs recevront chaque fois une attestation de don.
(APS)