Le général-major à la retraite, Ali Ghediri, candidat à la candidature pour la présidentielle d’avril prochain, n’a pas trouvé de gêne à ce que l’initiative du Front pour la justice et le développement (FJD), visant la désignation d’un seul candidat de l’opposition, soit abordée avec lui.
C’est ce que nous a indiqué, hier, Lakhdar Benkhelaf, qui se dit satisfait des rencontres bilatérales menées par son parti avec des partis de divers horizons à qui a été proposée l’idée de présenter une seule candidature de l’opposition.
« Tous les partis et toutes les personnalités politiques que nous avons rencontrés pour le moment adhèrent à notre offre de présenter une seule candidature de l’opposition », a expliqué le porte-parole du FJD.
Interrogé sur la réaction de M. Ghediri à cette proposition, M. Benkhelaf a soutenu que le général-major « n’a trouvé aucun problème pour débattre du sujet lié à une seule candidature de l’opposition ».
Dans le sillage de la série de rencontres que le parti d’Abdallah Djaballah a initiées dans le cadre de son initiative qui table sur un consensus autour d’une seule candidature de l’opposition, M. Benkhelaf a indiqué que son parti va rencontrer plusieurs partis et autres personnalités politiques au cours de cette semaine.
M. Benkhelaf a expliqué, à propos du contenu de ces rencontres, qu’il a été question de l’idée d’une « seule candidature de l’opposition, mais aussi du programme de celui qui sera le candidat consensuel », relevant que cette question liée au programme est « très importante ».
Ainsi et selon M. Benkhelaf, le FJD va rencontrer le MSP dimanche et le RCD lundi soir. Et a priori, le rendez-vous FJD-RCD peut poser des interrogations sur sa finalité dans la mesure où le parti de Mohcine Bellabas a annoncé officiellement depuis vendredi dernier son rejet du scrutin présidentiel alors que la formation de Djaballah s’attelle à fédérer les partis de l’opposition autour d’une seule candidature.
Ces deux rendez-vous avec le MSP et le RCD seront par ailleurs suivis par d’autres rencontres bilatérales avec le parti El Binna d’Abdelkader Bengrina, qui est aussi candidat à la présidentielle. Au programme du FJD, figure également une rencontre, selon la même source, avec l’ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour, et avec d’autres militants comme l’avocat Mustapha Bouchachi, Mohand Arezki Ferrad…
Notre interlocuteur a relevé qu’une fois accompli le tour des rencontres bilatérales, les parties concernées seront conviées à une « conférence nationale de l’opposition » qui devrait déboucher sur la concrétisation de l’objectif recherché.
Il faut souligner que les dirigeants du FJD ont rencontré, dans la même finalité, des acteurs politiques dont le président de Talaie El Hourriyet, Ali Benflis, le président de l’Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), Noureddine Bahbouh et le président du parti El Fadjr El Djadid, Tahar Benbaibeche.
M. Benkhelaf avait expliqué à Reporters que ces rencontres vont concerner même ceux qui ont annoncé leurs participations au scrutin sans avoir désigné leurs prétendants, ajoutant que l’initiative s’adresse à ce qu’il qualifie de «l’opposition sérieuse». «Nous avons déjà expliqué que cette initiative concerne l’opposition sérieuse, peu importe si le parti a présenté un candidat ou pas comme c’est le cas pour certaines formations politiques», avait enfin souligné
M. Benkhelaf. N. B.