Un inspecteur général du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales était, en fin de semaine, dans la wilaya d’El Tarf pour s’enquérir du déroulement de l’opération de révision du fichier électoral. Selon ses déclarations, la wilaya d’El Tarf a réalisé un travail de titan en mobilisant tout le personnel pour la réussite de cette opération d’importance capitale. Une opération amorcée le 23 janvier dernier et qui s’est achevée le 6 février. Dépêché d’Alger par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Boukhalfa a tenu à féliciter les autorités locales qui veillent au grain et les agents qui ont été désignés pour accomplir cette lourde mission pour avoir traité les 96 dossiers des jeunes stagiaires des centres de formation professionnelle et des différents établissements scolaires, des cycles secondaire et universitaire. Ces jeunes étudiants venant de plusieurs contrées de la wilaya se sont inscrits sur les listes pour pouvoir accomplir le jour « J » leur devoir électoral sans avoir à effectuer un long déplacement. L’inspecteur général Boukhalfa, en compagnie d’une forte délégation de la wilaya d’El Tarf, s’est rendu dans la daïra de Ben M’hidi, à l’ouest du chef-lieu de la wilaya, où il s’est enquis de la même opération dans les communes faisant partie de cette daïra.
L’hôte de la wilaya a indiqué que l’exploitation rationnelle des moyens informatiques, dont dispose la wilaya, a permis de faciliter aux agents mobilisés pour cette opération d’assainir le fichier électoral. Enfin, il a indiqué que ceux-ci grâce à une utilisation judicieuse ont permis de réviser en peu de temps la liste des  325 000 citoyens appelés à voter lors de la prochaine joute électorale présidentielles du 18 avril prochain. Enfin, à moins de trois mois du rendez-vous, tous les moyens sont mobilisés. Tous les commis de l’Etat au niveau des collectivités locales et les responsables indiquent que les préparatifs vont bon train à travers les 24 communes qui composent la wilaya d’El Tarf. Ces préparatifs, nous dit-on, ne souffrent jusqu’à ce jour d’aucune anomalie pouvant entraver les différentes étapes permettant aux citoyens à l’âge de voter de choisir leur prochain Président de la République.