Le transport privé de marchandises et de voyageurs, dans la wilaya de Tizi Ouzou, a été fortement perturbé, hier, suite à la grève générale décrétée par le collectif des transport privé de marchandises et de voyageurs. Soutenue, également, par la section locale de l’Union générale des commerçants et artisans algériens et le Came, collectif d’appui à la micro entreprise, cette grève est venue en signe de refus de la mesure administrative qui impose aux chauffeurs détenteurs de permis de catégories C, D et E de détenir un brevet de transport. Cette mesure, qui vise une mise à niveau des connaissances, dans le cadre d’une formation continue tous les cinq ans, a été instituée par arrêté publié au Journal Officiel n°49 du 21 août 2016, en application des dispositions de l’article 191 bis du décret exécutif n° 04-381 du 28 novembre 2004, dans lequel il est fixé les conditions et les modalités de formation pour l’obtention du brevet professionnel des conducteurs de véhicules de transport de personnes et de marchandises. Dorénavant, et au sens de ce décret ministériel, tout conducteur de bus ou de camion, détenteur d’un permis de conduire de catégorie C, D ou E, doit obtenir un certificat d’aptitude dénommé brevet professionnel. Il doit avoir subi avec succès, une formation dans le transport de personnes ou de marchandises. Les TPM et TPV sont très remontés contre la direction locale des transports, du fait, avancent-ils, que l’obtention de ce brevet, outre qu’elle est assujettie au payement de taxes qu’ils jugent exorbitantes, n’est pas appliquée dans les autres wilayas.