Découvert par des citoyens qui l’ont encerclé sur les lieux de son larcin, il a été cueilli par la police avec son butin… Et dire que cela faisait plus d’un mois qu’il venait régulièrement avec son complice, creuser un trou dans le mur en béton, large de 60 centimètres, séparant la maison du magasin de bijouterie qui la jouxtait. C’est dans le quartier de Sid Smahi, dans la vieille ville de Berriane, à 45 km au nord de Ghardaïa, que deux individus, âgés de 25 et 26 ans, ont projeté de dévaliser une bijouterie en creusant un trou dans le mur de séparation entre le magasin et une bâtisse nouvellement construite, inoccupée appartenant à un émigré. Pendant plus d’un mois, chaque soir, après la fermeture de la bijouterie, ils s’engouffraient par effraction dans la maison mitoyenne de l’émigré et procédaient, avec un long tournevis, à creuser un trou dans le mur de séparation. Ils faisaient très attention à ne pas donner de gros coups qui résonneraient et attireraient l’attention des riverains et des passants. Au prix d’intenses efforts, ils sont parvenus à pénétrer la nuit du jeudi 9 février dans la bijouterie qu’ils ont dévalisée emportant la totalité de la marchandise et même en raclant un fond de caisse de 34 460 DA. Mais comme dit l’adage « bien mal acquis ne profite jamais », c’est la nuit où ils ont réussi à pénétrer dans la bijouterie qu’ils ont été repérés par des voisins qui ont entendu, vers 3H du matin, des bruits suspects provenant de la bijouterie. Très rapidement les citoyens du quartier se sont rassemblés, bloquant les deux voleurs à l’intérieur du magasin. L’un des deux Arsène Lupin a réussi à s’extraire du piège qui s’est refermé sur eux et à s’évanouir dans la nature, abandonnant son acolyte. Geste de haute citoyenneté, les habitants qui ont encerclé les lieux n’ont pas touché au voleur, appelant sur le champ la police qui est arrivée très rapidement sur les lieux cueillant à l’intérieur du magasin le jeune voleur de 25 ans. Il portait un sac à dos dans lequel la police a découvert pas moins de 1 110 pièces en or, entre bracelets, gourmettes, bagues, boucles d’oreilles, chaînes, chentouf… d’une valeur marchande de plus d’un milliard de centimes , ainsi qu’une paire de gants médicales et une autre en tissu, une cagoule et un long tournevis. Conduit au siège de la Sûreté de daïra, il n’a pas tardé à balancer son complice qui est activement recherché. Récidivistes notoires, les deux complices sont connus des services. Présenté devant le procureur de la République près le tribunal de Ghardaïa qui l’a déféré devant le magistrat instructeur, il a été placé sous mandat de dépôt et incarcéré à la prison de Châabet Ennichène de Ghardaïa pour vol par effraction, violation de domicile, vol de nuit et atteinte aux biens d’autrui, où il attendra que son complice le rejoigne. n