La sélection nationale de cyclisme des U23 est revenue dimanche dernier à Alger après une mauvaise participation au Tour de l’espoir au Cameroun. La concurrence était rude avec des nations des quatre continents venues glaner quelques points pour être bien classées en vue du prochain Championnat du monde.

Nos cyclistes ont bien débuté la compétition en terminant à la 2e place  par équipe sur le «contre-la-montre», avant de sombrer définitivement lors des courses suivantes. Au final, le meilleur classé des «Verts» n’est autre  qu’Oussama Cheblaoui. Celui-ci  a terminé en 8h50’03’’ à la 25e place au classement général largement dominé par les Erythréens avec six hommes aux avants-postes dont le maillot jaune Debessay Jacob qui a réalisé 8h37’13’’.

Les résultats  des Algériens  par étape
Pour bien saisir ces mauvaises prestations des jeunes cyclistes algériens, un coup d’œil aux résultats par étape constitue le meilleur indicateur. A l’issue de la première étape, remportée par l’Erythréen Yakob Debesay, on retrouve 5 Algériens dans le top dix. Il s‘agit de Hamza Yacine (5e) suivi respectivement par Assal Nadjib, Mansouri Islam, Cheblaoui Oussama et Bengayou Abdelraouf. A l’issue de la 2e étape, seul HamzaYacine a terminé dans les dix premiers (7e) alors qu’à partir de la 3e étape aucun algérien n’a terminé dans les dix premiers. Au classement final, le premier algérien est Cheblaoui Oussama (25e). Pour les autres on notera la 44e place pour Hamza Yacine et la 49e  pour Bengayou Abdelraouf.

Merabet confirme le manque  de préparation
En résumé, les jeunes cyclistes algériens ont manqué visiblement d’expérience dans ce genre de compétition où on retrouve les meilleurs athlètes à l’échelle mondiale. Pour le coach national, M. Cherif Merabet, il préfère parler d’«une autre très bonne expérience à ce niveau pour nos jeunes». «Nos cyclistes ont fait de leur mieux pour tenter de bousculer les plus forts. Mais ils n’ont malheureusement pas pu rester avec la même fraicheur physique qu’au début de la compétition en raison du manque de compétition et de préparation», a-t-il dit. Plus explicite M. Merabet précisera que «nos jeunes ont d’énormes potentialités qu’il faut mettre en évidence avec des stages et des préparations adéquates pour pouvoir défendre dignement les couleurs nationales».

La balle est dans  le camp du MJS
Enfin, le coach national a saisi l’occasion pour lancer un appel aux pouvoirs publics pour intervenir et mettre fin à la crise que vit la Fédération algérienne de cyclisme depuis la démission de son président. «Une solution doit être trouvée dans les meilleurs délais pour permettre notamment à nos sélections nationales de se préparer et de participer aux compétitions en prévision des prochains championnats d’Afrique en Ethiopie», a indiqué le coach national. Là, il faut savoir que le «dossier» de la Fédération est entre les mains des responsables du ministère de la Jeunesse et des Sports pour l’organisation d’une prochaine assemblée générale élective. Là, il est important de rappeler, que depuis la démission du président de la Fédération algérienne de cyclisme (FAC), Mabrouk Kerboua, le 10 novembre dernier de son poste de président, l’AGex a été reportée par deux fois, sans aucune explication de la partie de qui de droit. Pour le moment, c’est le nouveau secrétaire général, M. Nemla qui gère l’instance fédérale algérienne. Et ce sont les athlètes qui paient les pots cassés…