Reporters : Par votre action au sein de la pédiatrie de Constantine, Lilly se présente encore comme un laboratoire incontournable, doublé d’un philanthrope au grand cœur. Qu’en est-il à travers l’Algérie et l’Afrique du Nord que vous représentez ?
Doria Oughlis : Notre action au sein du CHU Constantine s’inscrit dans le cadre du programme Unidiab qui est une initiative qui vise l’amélioration de la prise en charge des patients atteints de diabète de type 1 sur le volet « Formation et éducation thérapeutique. Unidiab comprend trois volets :
L’aménagement de salles d’éducation thérapeutique en partenariat avec 5 services de pédiatries (CHU Mustapha, CHU Parnet, CHU Constantine, CHU Sétif et CHU Oran), les salles sont aménagées et décorées sous un thème adapté afin de créer un environnement plus agréable pour les enfants et pour leur éducateurs, permettant ainsi le déroulé des sessions d’éducations dans de meilleures conditions.
La formation de plus de 30 facilitateurs sur le territoire national sur l’utilisation de l’outil d’éducation thérapeutique Lilly « Cartes de conversation sur le diabète ».
La formation continue des principaux acteurs dans la prise en charge du diabète de type 1 en Algérie (pédiatres, endocrinologues) via des visioconférences qui connectent en direct 7 services de pédiatrie de différentes structures hospitalières, en plus de dizaines de médecins connectés à distance. Ces modules sont assurés par des experts nationaux à travers des échanges riches et interactifs.
Cette initiative de formation médicale nous permet de diffuser un contenu adapté aux besoins des professionnels de la santé dont l’objectif est d’améliorer la prise en charge des enfants et des adolescents qui vivent avec le diabète de type 1 en Algérie.
S’agissant de l’Afrique du Nord et plus particulièrement l’Algérie et le Maroc nous sommes engagés dans l’éducation thérapeutique des patients vivant avec le diabète à travers notre programme d’éducation développé à l’échelle internationale et déployé dans les deux pays, basé sur l’utilisation d’un outil innovant, la « carte de conversation sur le diabète ». Par ailleurs, nous avons aussi des partenariats public-privé (PPP) avec les ministères de la Santé respectifs des deux pays et portant également sur l’éducation thérapeutique des patients diabétiques.
Lilly, qui est un des plus anciens laboratoires dans le monde, est connu surtout pour sa gamme de médicaments pour diabétiques. Avez-vous des nouveautés dans ce domaine ?
En effet, la recherche et le développement occupent une place capitale au sein des laboratoires Lilly avec le ¼ des revenus de la compagnie qui sont versés dans la R&D afin de développer des molécules et solutions innovantes dans différentes aires thérapeutiques, notamment le diabète. Le portefeuille diabète de Lilly comprend de nombreux antidiabétique-oraux, insulines, analogue du GLP-1, ainsi que d’autres innovations en cours de développement.
Nous espérons pouvoir mettre à la disposition de nos patients algériens les différentes solutions thérapeutiques disponibles aujourd’hui à travers le monde afin d’améliorer leurs prise en charge.

Votre présence en Algérie remonte à 1997. Ne pensez-vous pas que cette même présence est timide, eu égard à l’importance de votre laboratoire, comparativement à d’autres de moindre envergure ?

Effectivement, en 2018, nous avons fêté nos 20 ans de présence en Algérie. Essentiellement présent au début en psychiatrie et en oncologie, nous avons étoffé notre présence à partir de 2011 avec la gamme diabète. Aujourd’hui, nous avons le portefeuille d’insuline le plus complet sur le marché algérien ainsi que différentes nouvelles molécules en cours d’enregistrement pour renforcer notre présence et contribuer à rendre la vie meilleure aux patients algériens.

A l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer, êtes-vous optimiste à Lilly quant à une proche victoire sur les cancers qui ravagent le monde, sachant que l’immunothérapie donne beaucoup d’espoir ?

L’innovation en oncologie n’a cessé de progresser à travers les années avec l’apparition récemment de la thérapie ciblée ainsi que l’immunothérapie, l’oncologie revêt une place importante chez Lilly notamment dans des cancers ne disposant pas aujourd’hui de solutions ou d’alternatives thérapeutiques.
Nous espérons effectivement que la science triomphera un jour sur le cancer, notamment avec une épidémiologie qui ne cesse de progresser.

Un dernier mot sur un sujet que nous avons peut-être omis…
Nous avons au sein de Lilly des collaborateurs engagés, passionnés qui œuvrent tous les jours à concrétiser la mission de Lilly, à savoir rendre la vie meilleure aux patients algériens, marocains et tunisiens. Ceci se concrétise à travers nos différentes activités destinées aux professionnels de la santé ainsi que les patients que nous servons.
La présence des laboratoires Lilly Afrique du Nord s’inscrit dans la durée avec un engagement qui se renouvèle chaque jour.