Le sénateur américain Bernie Sanders, candidat malheureux à la primaire démocrate de 2016 face à Hillary Clinton, a annoncé mardi sa candidature à la présidentielle 2020.   Bernie Sanders, 77 ans, a fait son annonce lors d’un entretien avec une  radio du Vermont, Etat dont il est élu. « Je voulais d’abord en informer les habitants du Vermont », a-t-il expliqué sur la radio publique de cet Etat du nord-est des Etats-Unis.   « Ce que je promets, en faisant le tour du pays, est de porter les valeurs dont nous sommes tous fiers dans le Vermont -la croyance dans la justice, dans la communauté, dans la politique au niveau de la base, dans les réunions publiques », a-t-il affirmé.

   Au cours de cet entretien, il s’en est également pris au président Donald Trump. « C’est un raciste, un sexiste, un homophobe, un xénophobe, quelqu’un qui grappille des gains politiques à bon marché en tentant de s’en prendre aux minorités, souvent des immigrants sans papiers », a-t-il accusé. Lorsqu’il s’était présenté aux primaires en 2016, Bernie Sanders faisait  figure d’outsider, avant de tenir la dragée haute à Hillary Clinton. Celle-ci  l’avait emporté, avant d’être battue par Donald Trump.    Lors de cette campagne des primaires, Bernie Sanders, qui se présente comme  un « démocrate socialiste » avait défendu l’idée d’une couverture de santé universelle, d’une université publique gratuite et d’un salaire minimum à 15 dollars (13,3 euros).

   Bernie Sanders, qui demeure populaire au sein des démocrates, a été élu à la Chambre des représentants de 1990 à 2006, avant de devenir sénateur. Il a été confortablement réélu en novembre dernier.   Une dizaine de démocrates se sont déjà lancés dans la course à la présidentielle américaine de 2020. La candidature de Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama, est également attendue.