Intervenant dans une conjoncture toute particulière, induite par la marche du 22 février dernier, le Premier ministre Ahmed Ouyahia présentera aujourd’hui la Déclaration de politique générale du gouvernement devant le Parlement. C’est dans un rôle de métronome que le Premier ministre est attendu aujourd’hui. La présentation sera regardée au travers de la nouvelle donne qui s’est subrepticement invitée dans le débat politique : la rue. Le Premier ministre aura donc à convaincre les Algériens en présentant notamment les réalisations du gouvernement. Il devrait souligner les vertus de la continuité, qu’il s’agisse de « la continuité dans le quinquennat actuel du président Abdelaziz Bouteflika, ou de la continuité dans le processus de reconstruction nationale conduit par le chef de l’Etat ». Le Premier ministre devrait présenter le bilan de son action et le soumettre au débat des députés durant trois jours, jusqu’au 27 février, avant qu’il ne réponde aux questions de ses derniers. M. Ouyahia devrait profiter de l’occasion pour répondre à l’opposition qui tente de surfer sur la vague pour pousser vers un pourrissement nocif dans l’intérêt du pays. A quelques jours de la clôture du dépôt des candidatures, Ouyahia procédera à un inventaire des réalisations du Président. Des infrastructures de base à la promotion de la langue amazighe, il devrait rappeler les avancées enregistrées dans tous les domaines sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika. Au plan politique, il s’agira de rappeler les évolutions dans le domaine de la gouvernance et l’organisation des élections locales du mois de novembre 2017 ainsi que le renouvellement de la moitié des membres élus du Conseil de la nation en décembre 2018. Pour ce qui est de la Déclaration de politique générale, l’amélioration de la gouvernance et le renforcement de l’Etat de droit, à savoir la modernisation de la gouvernance territoriale et des rapports avec les citoyens, la numérisation de l’administration publique et la poursuite de la modernisation de la gouvernance financière. Il est un fait, le pays vit une stabilité sécuritaire, fruit de la mobilisation et des sacrifices de l’Armée nationale populaire et des forces de sécurité. Une situation enviée dans un environnement régional précaire.
Chantiers et réformes
Dans le domaine de la gouvernance, les pouvoirs publics se sont attelés à poursuivre et dynamiser les réformes dans tous les domaines, notamment la consolidation de l’Etat de droit et d’une administration publique moderne et plus transparente, la poursuite des réformes économiques et financières, l’ouverture des chantiers relatifs à la mise en concordance de la politique des subventions publiques avec des règles de transparence et d’équité sociale. Sur le plan économique, il sera mis en avant les importants programmes publics d’investissement et les investissements locaux et étrangers engagés en Algérie ainsi que les retombées de l’important soutien de l’Etat à l’agriculture. Au plan social, les dernières années ont été marquées par la préservation d’une politique sociale soutenue dans tous les domaines, qu’il s’agisse de l’intervention de l’Etat pour la promotion du développement humain ou de la politique de justice sociale et de solidarité nationale, portée par d’importantes subventions publiques, directes et indirectes. Les secteurs, notamment de l’agriculture, le développement rural, la pêche, l’industrie, les mines, l’énergie, le tourisme, l’artisanat et le commerce seront cités comme ayant connu une évolution notable. Egalement la consolidation des infrastructures de base et le développement humain dans divers domaines. Le développement social et culturel, la communauté nationale à l’étranger, la politique étrangère et la défense nationale seront aussi rappelés. La réaction de Ahmed Ouyahia sera particulièrement scrutée concernant l’évolution des marches populaires intervenues récemment dans plusieurs villes du pays. Un évènement qui a étonné les observateurs. Ouyahia aura là l’occasion de réagir au nom du gouvernement sur cette situation nouvelle qui intervient à quelques semaines de l’élection présidentielle.<