Le spectacle de ballet le «Lac des Cygnes» de Tchaïkovski mettant en scène les danseurs du ballet de Saint-Pétersbourg aux côtés des musiciens de l’Orchestre symphonique de l’Opéra d’Alger, programmé au départ pour deux représentations les 26 et 27 février, a conduit les responsables de l’Opéra à organiser une troisième représentation, ce jeudi à partir de 19 heures suite à la très forte demande du public.

Une nouvelle date qui affichait déjà «presque complet», hier, en début d’après-midi. En effet, rencontré sur place, alors que plus d’une centaine de personnes attendait dès la matinée l’ouverture du guichet de la billetterie, le directeur de l’opéra, Noureddine Saoudi, nous précisera que la décision d’ajouter une date a été prise pour répondre à la forte demande. En confiant que «cet engouement est tout à fait intéressant (…) Nous avons programmé uniquement deux spectacles, mais là, nous avons ajouté une troisième représentation. Heureusement que les artistes du ballet de Saint-Pétersbourg étaient d’accord, ils ne partaient que le surlendemain».
Par ailleurs, le responsable de l’Opéra d’Alger nous explique que l’organisation du spectacle avait demandé de longs mois de préparation depuis la prise de contact avec l’institution russe en 2018. La programmation à Alger du ballet «Le Lac des Cygnes» est également un «test» pour l’institution sur les plans de l’organisation et de la programmation artistique en estimant que «la venue de ce ballet et la concrétisation de ce projet avec l’Orchestre symphonique de l’Opéra d’Alger sont pour nous une opération-test. Et l’on voit déjà qu’elle est positive». Noureddine Saoudi ajoute que cette affiche est un aperçu de «la route que nous allons suivre à l’avenir».
Lancement
de la billetterie numérotée
Les trois représentations, Spectacle de ballet le «Lac des Cygnes» de Tchaïkovski, sont ouvertes au public aux tarifs de 1 500, 2 000 et 3 000 dinars, inaugurent par ailleurs le nouveau système de billetterie numérotée de l’Opéra d’Alger. Noureddine Saoudi, explique à ce propos : «Pour notre génération, avoir une place de théâtre ou d’opéra numérotée était la norme.
Malheureusement, cette tradition a disparu. Aujourd’hui, c’est la moindre des choses que l’on sécurise et que l’on garantisse la place de chaque spectateur». La prochaine étape, selon le responsable de l’Opéra, est de proposer l’achat des billets en ligne sur le site de l’institution. Une «amélioration» que le directeur de l’Opéra espère concrétiser cette année.
Bien qu’il ajoute que sa mise en place ne dépend pas seulement de l’Opéra mais aussi des futures possibilités de paiement dématérialisées qui seront adoptées. n