La poursuite des manifestations contre la candidature du président Bouteflika et contre le système a fait encore une fois réagir la classe politique. La manifestation des étudiants à travers plusieurs wilayas du pays, ajoutée à celle des avocats avant-hier et celle des journalistes de la Radio nationale, hier, donnent l’allure d’un mouvement qui prend de l’ampleur. Pour le PT qui a réagi via un communiqué, il a été souligné que le parti de Louisa Hanoune « est partie prenante du mouvement de recomposition». Le secrétariat permanent du bureau
politique qui a signé le communiqué «salue les mobilisations pacifiques des étudiants qui ont eu lieu aujourd’hui 26 féviers 2019 dans les quatre coins du pays », ajoutant que concernant l’action estudiantine, «vient s’ajouter aux nombreuses mobilisations de corporations qui ont suivi le soulèvement populaire historique du 22 févier 2019». «Des regroupements d’universitaires, d’intellectuels, d’écrivains, d’avocats et de journalistes ont eu lieu ces deux derniers jours exprimant clairement et avec force leurs aspirations à la liberté et à la dignité, étouffées par un système à bout du souffle», note le PT, estimant que «les autorités du pays ne sauraient ignorer et entraver un tel désir profond de l’immense majorité de la société au changement, exprimé massivement par la jeunesse et les larges masses, sans prendre le risque de provoquer l’irrémédiable ». De son côté, le parti islamiste, le MSP, a estimé, à l’issue de la réunion de son bureau politique que « le 5e mandat est un danger pour le pays ». Dans son communiqué, le BP du MSP ajoute qu’il salue la mobilisation pacifique des citoyens et appelle «au maintien de la lutte pacifique pour imposer le fait accompli au régime », récusant tout recours à la violence, y compris de la part « des aventuriers » qui « veulent provoquer la dérive ».
Le parti de Makri, candidat à la candidature, appelle, par ailleurs, les autorités «à répondre favorablement», par «l’annulation de la candidature» du chef de l’Etat, afin d’éviter «de s’aventurer avec le pays, sa stabilité et son unité ».