Après Adrar, le 24 février dernier, le directeur de campagne du chef de l’Etat sortant Abdelmalek Sellal a réuni, hier à l’hôtel Ryad de Sidi-Fredj, les associations devant s’engager pour la candidature de  M. Bouteflika pour un 5e mandat. Des représentants de quelque 2 000 organisations associatives de 38 wilayas ont pris part au regroupement d’hier. Les militants ont reçu la consigne de mener une «campagne de proximité» dans leurs régions respectives selon la feuille de route et le «programme» qui leur ont été transmis par l’état-major de campagne du président candidat. Le mode opératoire retenu est qu’il y aura pour chaque wilaya un responsable associatif, chargé de mener et d’animer la campagne, a expliqué hier à Reporters Belkacem Mellah. L’ex-secrétaire d’Etat à la jeunesse et cadre dirigeant au RND a indiqué également que ces «responsables dans les wilayas travailleront en coordination avec la direction de campagne» et son premier responsable, M. Sellal.
En ce qui concerne le mouvement de contestation hostile à la perspective d’un 5e mandat, Belkacem Mellah a indiqué, dans sa déclaration à Reporters, que les foules qui ont manifesté depuis vendredi 22 février dernier représentent «une troisième force» et que cette force n’a pas pour habitude d’aller voter. Le fait qu’elle se manifeste aujourd’hui représente «une donnée positive » dont la conséquence est de « revitaliser le champ politique ». Dans son commentaire, la contestation n’est cependant pas de nature à bouleverser l’agenda politique national fixé par le chef de l’Etat après avoir convoqué le corps électoral ». « A ceux qui souhaitent un report du scrutin présidentiel, il faut qu’ils sachent que la Constitution du pays ne permet le report des élections qu’en cas de guerre, et Dieu merci, l’Algérie n’est pas en guerre. En ce qui nous concerne, nous sommes déjà dans la campagne et nous travaillons à mobiliser nos militants et sympathisants pour bien la mener », a ajouté M. Mellah.
Durant le meeting associatif qu’il a présidé, le directeur de campagne Abdelmalek Sellal a annoncé que le dépôt du dossier de candidature de M. Bouteflika est prévu le 3 mars prochain. En réaction aux manifestations hostiles à un 5e mandat de son candidat, M. Sellal a déclaré que nul n’avait le droit d’empêcher un citoyen de candidater à l’élection présidentielle, «un droit garanti par la Constitution», a-t-il rappelé. Ajoutant qu’il est du droit de Bouteflika de postuler à la candidature à la Présidentielle. Et de répéter que le candidat Bouteflika déposera son dossier de candidature le dimanche 3 mars 2019, à charge pour le Conseil constitutionnel « de l’agréer ou de l’invalider», a-t-il soutenu, concluant que «seules les urnes trancheront le 18 avril prochain ».<