Après avoir réussi, vendredi dernier, à drainer des dizaines de milliers de manifestants à travers plusieurs régions du pays, les appels anonymes se sont poursuivis durant toute cette semaine en vue de rééditer l’opération ce vendredi 1er mars, avec l’ambition de faire sortir encore plus d’Algériens dans la rue pour revendiquer le changement.
Ces appels continuent, en effet, à se relayer et à déferler sur la Toile à travers les réseaux sociaux. Et l’initiative a visiblement de réelles chances de réussir et de se faire entendre sur la place publique après la prière du vendredi. Ceci d’autant qu’elle est appelée à s’inscrire dans la continuité. Durant la semaine écoulée, le mouvement du 22 février a été suivi et relayer, presque quotidiennement, pour conserver son effervescence, par de nouvelles sorties dans la rue, organisées contre la candidature du président de la République pour un 5e mandat, dont celle du mouvement El Mouwatana, mais surtout celles des étudiants qui ont marqué la journée de mardi dans plusieurs wilayas du pays. La semaine d’après le 22 février compte également à son actif des contestations et des sit-in, et devrait s’achever avec la marche des avocats prévue à Tizi Ouzou.
Autant de signes palpables qui témoignent de la détermination de tout ce monde en mouvement, durant toute une semaine, à rester dans la dynamique de la contestation et à se donner rendez-vous ce 1er mars, alors que le processus électoral a déjà consommé une partie de son chemin vers le 18 avril, et que le délai de dépôt de dossiers de candidature expire dimanche prochain, jour qui verra Abdelaziz Bouteflika déposer le sien, selon l’annonce faite mardi par son directeur de campagne, Abdelmalek Sellal.
Autre paramètre, et non des moindres, qui augure d’une réponse positive et massive aux appels anonymes qui captent l’attention des internautes algériens, le civisme et le caractère pacifique qui a empreint les marches populaires de vendredi dernier, qui a été salué par l’ensemble des partis politiques, entre opposants et ceux qui soutiennent la candidature pour un 5e mandat. La gestion intelligente des événements assurée par les services de sécurité aura, elle aussi, largement contribué à la réussite de la démonstration citoyenne du 22 février et à la servir sous forme de cinglant démenti à tous ceux qui étaient à l’affût du moindre dérapage de cette immense foule de femmes et d’hommes de tous âges sans encadrement identifié.
Ce civisme et ce caractère pacifique, preuve que les Algériens pouvaient s’exprimer et demander le changement sans nuire aux intérêts de leur pays, n’ont d’ailleurs pas tardé à faire sortir de leurs hésitations ou de leur repli dans une politique de salon des responsables et militants de formations politiques qui ont déjà annoncé leur décision de rallier la marche «attendue » de demain.
Mais le gros des effectifs qui pourrait venir renforcer, ce premier jour de mars 2019, les contingents de citoyens ayant marché vendredi dernier, devrait composer avec ce potentiel d’Algériens « anonymes » qui, depuis une semaine, entendent continuer à appeler au changement.