La production d’huile d’olives a dépassé les deux millions de litres cette saison a-t-on appris à l’occasion de la tenue de la première foire de l’huile d’olive et de l’olivier qu’a abritée pendant deux jours le centre islamique de Mila et qui a vu la participation d’une vingtaine d’exposants venus particulièrement de la zone nord de la wilaya où la culture de l’olivier et sa présence dans les cours des demeures des habitants fait partie des us et coutumes. Dans chaque maison située en zone rurale, l’olivier est présent. Et qui dit olivier dit huilerie, aussi ce n’est pas un hasard si 42 huileries, certaines d’entre elles modernes et d’autres traditionnelles, activent à plein temps dans la wilaya de Mila, durant la période de la cueillette des olives, pour accueillir les productions des oléiculteurs aux fins de les pressurer et de les transformer en huile. L’olive destinée à la consommation a été vendue cette saison, dans les marchés et les places commerciales entre 200 et 250 dinars tandis que l’huile a, quant à elle, été proposée à la vente entre 700 et 1000 dinars, des prix jugés excessifs par les consommateurs mais que les producteurs jugent insuffisants comparativement aux efforts qu’ils consentent. Depuis quelques années, beaucoup de propriétaires terriens, encouragés et appâtés par la cherté de l’huile d’olive ont choisi d’investir dans le créneau de l’huile d’olive aussi ont-ils transformé des centaines d’hectares de leurs terres en oliveraies sachant que les dépenses sont moindres comparativement à la culture des céréales et des légumineuses.
Z. A.