La police autrichienne a annoncé hier avoir démantelé avec ses homologues allemands un présumé «réseau international de dopage» en marge des Mondiaux de ski nordique qui ont lieu actuellement à Seefeld, dans le Tyrol.
Sous le nom de code éloquent d’opération «Aderlass» («saignée» en allemand), les enquêteurs ont procédé à neuf interpellations, dont cinq sportifs, lors d’une vaste opération des forces de l’ordre qui s’est déroulée à Seefeld, sur le site du championnat du monde de ski nordique qui se déroule depuis le 20 février dans le Tyrol autrichien, mais aussi en Allemagne, selon un communiqué de l’office fédéral autrichien de police criminelle.
«Groupe criminel»
Parallèlement aux perquisitions menées à Seefeld, une opération de la police allemande s’est déroulée à Erfurt, dans la province de Thuringe (centre), plaque-tournante, selon les autorités, d’un «réseau international de dopage sanguin» actif depuis plusieurs années. C’est à Erfurt qu’a été arrêté, avec un complice, l’homme suspecté d’animer le réseau : un médecin de 40 ans présenté sous le nom de Mark. S. qui disposait d’un laboratoire clandestin. Sur les neuf interpellations conduites hier, cinq concernent des sportifs engagés aux Mondiaux qui se déroulent jusqu’à dimanche : il s’agit de deux Autrichiens, deux Estoniens et un Kazakh.
Qualifié par la police de «groupe criminel», le réseau mis en cause «est fortement suspecté d’avoir utilisé le dopage sanguin sur des athlètes d’élite pendant des années pour améliorer leurs performances lors de compétitions nationales et internationales».

Un skieur pris  sur le fait
L’un des skieurs interpellés a été «pris sur le fait», en pleine»transfusion sanguine dans le bras», a précisé Dieter Csefan, de l’office fédéral autrichien de police criminelle, lors d’une conférence de presse. Le directeur des équipes de fond et de biathlon à la fédération de ski autrichienne (ÖSV), Markus Gandler, a confié à la télévision publique être «sous le choc».
«Il s’avère qu’à plusieurs reprises, des athlètes ont été pris en train de se livrer à des pratiques illicites ou de dopage. Malheureusement, deux de nos athlètes sont concernés», a déclaré M. Gandler, précisant que les deux Autrichiens se trouvaient «en détention». «Ce sont des adultes, on ne peut pas être tout le temps derrière eux», a-t-il commenté.
Les mauvais souvenirs des JO 2006 à Turin
Le cadre fédéral a reconnu que cet épisode réveillait de mauvais souvenirs, 13 ans après l’affaire de dopage qui avait secoué le ski nordique autrichien aux Jeux olympiques de Turin.
Lors des JO de 2006, la police italienne avait saisi du matériel de transfusion dans le chalet des biathlètes et des skieurs de fond autrichiens. Six athlètes avaient été radiés à vie mais aussi plus de dix responsables de l’encadrement des deux équipes, dont le directeur sportif d’alors, Markus Gandler.
Ce dernier avait été blanchi en 2009 et réintégré, aux côtés d’autres cadres fédéraux. Ce scandale, dans l’une des disciplines phare du sport autrichien, avait durablement marqué le pays, conduisant à un renforcement de la législation antidopage. Les deux fondeurs autrichiens arrêtés sont Dominik Baldauf et Max Hauke, 27 ans tous les deux.
120 policiers mobilisés
L’opération d’hier, qui a mobilisé quelque 120 policiers, a été déclenchée par la récente confession dans les médias allemands du fondeur autrichien Johannes Dürr qui avait été suspendu pour dopage à l’EPO lors des JO de Sotchi en 2014, a précisé le parquet de Münich. Quelques semaines avant les Mondiaux de Seefeld, cet ancien espoir du ski, en conflit avec la fédération autrichienne, avait décrit dans les détails des pratiques de dopage sanguin au sein de son ancienne équipe.
Ces mises en cause s’ajoutent à une liste d’autres affaires embarrassantes pour les disciplines nordiques : la Fédération internationale (IBU), basée à Salzbourg, est ainsi accusée d’avoir touché plusieurs centaines de milliers d’euros de pots-de-vin pour protéger les intérêts russes et cacher des cas de dopage de sportifs russes. Le parquet financier autrichien a ouvert une enquête sur ces soupçons. En février 2017, à la veille de l’ouverture des Mondiaux de biathlon à Hochfilzen (Autriche), la police avait perquisitionné l’hôtel de l’équipe du Kazakhstan et saisi de nombreux produits médicaux.n