Le ministre de la Justice, garde des Sceaux Tayeb Louh, était, hier, en visite à Annaba pour assister en présence de magistrats, à l’inauguration de la nouvelle cour de justice de Annaba et poser la première pierre de la Maison de l’avocat.

A l’hôtel Sheraton, où a eu lieu la 14e édition de l’université des notaires, qui a vu la participation de 19 pays africains, le ministre de la Justice a répondu indirectement aux manifestants contre la candidature du chef de l’Etat sortant pour un nouveau mandat, en affirmant que l’élection présidentielle aura lieu à temps comme prévu. Le même ministre a mis en garde contre toute tentative subversive et attentatoire au pays. M. Louh a parlé de complots visant la destruction de «notre union nationale» et a prévenu les «ennemis de l’Algérie». «Nous leur ferons face», a-t-il clamé.
Lors de ce même discours, M. Louh n’a pas manqué de rappeler le bilan «positif» et les nombreuses réalisations du président de la République Abdelaziz Bouteflika depuis son arrivée à la tête du pouvoir en 1999. Pour le garde des Sceaux, «les réformes menées par le président de la République, avec à leur tête l’amendement de la Constitution en 2016, ont apporté une véritable valeur ajoutée aux droits et aux libertés, parmi lesquels le droit de chaque citoyenne et citoyen algérien à voter et à se porter candidat aux élections». Un message qui semble adressé aux antagonistes du président-candidat Abdelaziz Bouteflika, pour dire que ce dernier a le droit de se porter candidat, comme tout autre citoyen algérien, et ce, malgré la pression de la rue.
M. Louh a, par ailleurs, annoncé la prochaine mise en service d’une carte professionnelle biométrique pour magistrats et autres fonctionnaires de la Justice. «Une première mondiale», selon lui. Par la suite, le ministre a inauguré la nouvelle Cour de justice d’Annaba sous les cris de plusieurs dizaines de manifestants aux slogans hostiles. Ces mêmes slogans avaient été entonnés par des dizaines d’avocats quelques instants plus tôt.<