Par Wafia Sifouane et Rachid Roukbi
Quatre-vingt-huit milliards de dinars ont été versés aux hôpitaux en ce début d’année 2019 de la part de la Caisse nationale des assurances sociales (Cnas), soit une hausse de 8 milliards de dinars comparé à l’an 2018, a indiqué
Dr Djamel Matari, directeur central du contrôle médical de la Caisse, en précisant que cette somme sera entièrement consacrée à la prise en charge des actes médicaux sur les patients. «Ce montant est destiné à la prise en charge du financement des différents actes médicaux nécessaires aux malades à travers l’ensemble des hôpitaux du pays et a pour objectif l’amélioration et le suivi des différents processus de prise en charge médicale des malades», a précisé le Dr. Matari , à l’occasion de la 7e rencontre régionale «Cnas-médecins prescripteurs à Béchar. «En 2018, ce montant était de 80 milliards de dinars, c’est dire les efforts consentis par la Cnas pour contribuer à l’amélioration de la santé des assurés et des citoyens en général», a-t-il dit. Cette rencontre à laquelle ont pris part les représentants de la Cnas, les praticiens de la santé des secteurs public et privée, et les représentants de secteurs en rapport avec la santé, a permis à l’assistance de débattre de questions liées au renforcement et à la modernisation de la prise en charge des malades et à la contribution de la Cnas à cette opération. Concernant le contrôle médical, le directeur central du contrôle médical de la Cnas a expliqué qu’il consiste à donner des avis sur les prescriptions et actes médicaux relatifs à l’état de santé ou à la capacité de travail des travailleurs bénéficiaires de la sécurité sociale, en tenant compte des justificatifs médicaux et des droits aux prestations en matière d’assurance sociale, accidents de travail et de maladies professionnelles, tels que définis par la législation et la règlementation en vigueur. Aujourd’hui, pour sa 7e édition, cette rencontre a pour objectif, également, de permettre aux praticiens de la santé, publics et privés, de s’imprégner de la législation en matière de sécurité sociale et de se mettre au diapason de cette législation pour pouvoir contribuer à la prise en charge convenable des assurés et des malades, a indiqué le directeur de l’agence Cnas de Béchar, Khatir Khenifi. En plus de permettre aux praticiens d’actualiser leurs connaissances en matière de lois, cette rencontre régionale a aussi pour but le renforcement du partenariat stratégique avec les professionnels de la santé dans la perspective de réguler les dépenses médicales, tout en prenant en charge l’assuré social de façon optimale et à de meilleurs coûts, a ajouté M. Khenifi. L’objectif est la sensibilisation continue des professionnels de la santé. Une réflexion est menée sur l’introduction de notions sur les prescriptions et le coût économique de la santé dans le cursus universitaire de médecine, et ce, en collaboration avec le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a souligné le directeur central du contrôle médical de la Cnas.
Pour rappel, Mokhtar Hasbellaoui, ministre de la Santé, dès son arrivée à la tête du secteur n’a cessé de plaider pour la rationalisation des dépenses au sein des hôpitaux, notamment en ce qui concerne les prescriptions médicales pour lesquelles il a estimé qu’il y avait un sérieux abus. Notons que cette journée a vu la participation des représentants des wilayas de Béchar, Adrar, Tindouf, Naâma et El Bayadh.