Ingénieur en électronique, dont le diplôme a été délivré par l’université de Blida, Abdelmoumen Benmosbah a développé le premier et unique système intelligent permettant la gestion des équipements publics à partir d’un poste de commandement unique à l’APC de Guenzet (nord-ouest de Sétif). Il a tenu à nous souligner que son entreprise est en train d’élargir cette technologie à travers d’autres communes du pays. En effet, ce dernier, qui a accordé un entretien à Reporters, a souligné que ce système aidera les APC à réaliser jusqu’à 40% d’économie d’énergie. Gérant d’une entreprise, dont le siège se trouve à Chéraga à Alger, ce jeune ingénieur présente aujourd’hui une véritable solution aux communes qui rencontrent souvent des difficultés pour régler leurs factures de Sonelgaz, tout en indiquant que cette technologie est purement algérienne.

Reporters : Vous venez d’installer un système intelligent qui permet de gérer des équipements publics à distance dans la commune de Guenzet, au nord-ouest de Sétif. Pouvez-vous nous parler de cette technologie ?
Abdelmoumen Benmosbah : J’aimerais bien, tout d’abord, préciser que ce système est conçu et développé en Algérie. Cette technologie permet de contrôler l’ensemble des équipements techniques que possèdent l’APC, comme les chaudières, les stations de pompages qui se trouvent dans les montagnes, l’éclairage public, les écoles primaires. L’année passée, nous avons installé ce système intelligent qui permet aux techniciens de l’APC de contrôler tous les équipements à partir d’un centre de pilotage à distance situé au siège de l’APC. Aujourd’hui, les responsables de l’APC peuvent contrôler l’éclairage public par ce système. Ce dernier permet l’exploitation rationnelle de l’éclairage public suivant le coucher et le lever de soleil.
Cela permet d’économiser l’énergie et de rationnaliser la consommation électrique. Il y a des softwares qui sont implantés dans nos contrôleurs pour fonctionner suivant le coucher et le lever de soleil. Aussi, ce système permet de faire durer la vie des lampes. Sur un autre plan, nous avons intégré dans ce système des stations de pompage de l’AEP qui se trouvent dans la montagne. Ainsi, notre système peut capter toutes les informations de cette station de pompage et si cette pompe tombe en panne, ce système permet de détecter la nature de cette panne et facilite ainsi l’intervention des agents pour la réparer. Ce système permet aussi de régler le système d’exploitation de cette station selon un planning donné par le technicien de l’APC. Pour les écoles primaires, nous avons raccordé la gestion de l’éclairage et les chaudières à ce système. Cette technologie est aussi capable de détecter la luminosité, la température et l’humidité à l’intérieur des classes.

Cela fait une année que vous avez lancé ce système dans la commune de Guenzet. Quels sont les résultats concrets réalisés grâce à cette technologie ?

Exactement, nous avons fait une simple comparaison entre les factures de consommation d’énergie de l’année 2017 et celles de l’année 218, où nous avons constaté plus de 40% d’économie d’énergie. Nous pouvons aller plus loin pour réaliser de meilleurs résultats. Dans ce sens, si l’APC allume une lampe sur deux entre 00:00H et 5H du matin, nous arriverons à économiser plus de 50% d’énergie. C’est une solution idéale pour les APC pour réduire les factures d’énergie. Beaucoup d’APC se plaignent de la lourde facture des services de Sonelgaz.

Votre entreprise compte-t-elle installer cette technologie dans d’autres communes ?

Justement, le wali de Sétif, qui a suivi l’installation de ce système au niveau de la commune de Guenzet, a énormément apprécié notre travail. Actuellement, nous sommes en train de signer une convention avec la commune d’El-Eulma, à l’est de Sétif, pour l’installation de cette technologie intelligente. L’étude pourra commencer vers fin mars. Nous allons commencer par l’éclairage public, une partie de cette ville dans un premier temps, et puis nous allons élargir cette technologie progressivement sur les autres parties de cette ville commerciale. L’installation progressive de cette technologie permet aux techniciens de l’APC de pouvoir maîtriser cette technologie. Aussi, nous sommes en contact avec les responsables de la commune de Messerghine dans la wilaya d’Oran pour installer ce système de pilotage à distance.

Lors du fonctionnement de ce système intelligent, le débit de connexion en Algérie ne pose pas de problème ?

Nous avons fait cette expérience avec l’opérateur téléphonique national, en l’occurrence Mobilis. Cette technologie est une plateforme de communication Mobilis. A certains moments, nous enregistrons la baisse du débit de la connexion qui rend le fonctionnement de cette technologie difficile. Nous travaillons avec eux en étroite collaboration, c’est important d’améliorer leur service, si nous voulons généraliser cette technologie. Nous devons améliorer le service du réseau 3G, l’idée c’est de pouvoir travailler avec eux à El-Eulma et nous avons un autre projet dans la commune
de Messerghine dans la wilaya d’Oran.

Pouvez-vous nous dire combien coûte l’installation de cette technologie pour une APC ?

Je tiens d’abord à souligner que cette technologie est algérienne. Cette dernière ne dépend pas d’une entreprise étrangère. Mêmes les cartes électroniques sont algériennes, les protocoles de communication. Bref, c’est un système intelligent protégé. Cette technologie ne coûte pas cher par rapport aux retombées obtenues. En une année, l’APC peut amortir le budget dépensé. Par exemple, la ville d’El-Eulma dépense annuellement 10 milliards de centimes pour l’éclairage, notre étude et l’installation de cette technologie vont permettre à cette dernière d’économiser 4 milliards de centimes. Notre technologie ne coûte que 30% d’une technologie étrangère.

Quels sont les objectifs de votre entreprise ?

Notre objectif est d’élargir cette technologie à travers les communes du pays et présenter une solution à mon pays en matière d’économie d’énergie. Nous n’avons pas besoin d’une technologie étrangère, nous sommes là pour relever le défi. Nous profitons de cette occasion pour lancer un appel à travers les colonnes de votre quotidien aux responsables des APC de nous solliciter pour présenter notre solution. C’est malheureux d’entendre qu’un partenariat sera signé avec des Espagnols pour la gestion de l’éclairage public d’Alger, c’est inadmissible de laisser une entreprise locale pour aller solliciter une entreprise étrangère.
A.L.