Plus d’une vingtaine de designers et d’architectes algériens sont présents à la 22e Triennale de Milan, en Italie, qui a ouvert ses portes au grand public, avant-hier au Palais de La Triennale organisée par le Bureau international des expositions (BIE) dont l’Algérie est membre. Dans un communiqué parvenu à la rédaction, il est précisé que c’est sous la thématique «Le chant» que les designers et les architectes algériens sélectionnés pour cette 22e Triennale de Milan ont été invités pour «leurs lectures et leurs visions pertinentes, afin de partager avec nous le sens qu’ils donnent à leurs recherches. Ils nous montrent toute la diversité et la pertinence de leurs expressions en rapport avec la question de la durabilité et de la résilience». Pour cette Triennale, les commissaires de la participation algérienne, en l’occurrence, l’architecte designer Feriel Gasmi Issiakhem et le plasticien designer Hellal Zoubir, accompagnent une pléiade d’auteurs passionnés par le «chant du design et de l’architecture», empreints d’inquiétudes du devenir de leurs villes, de leurs quartiers, de leurs pratiques, par «des actions et des engagements afin d’apporter leurs propres analyses et ressentis d’un vécu concret, étant acteurs et propulseurs de solutions». Dès lors, les architectes et designers Ryad Aïssaoui, Lokmane Boumeddane, Salima Djellal Aïssaoui, Yamo, Yasmine Terki, Leïla Mammeri, Nabila Kalache, Jamel Matari, Sadek Aili, Karim Sifaoui, Siham et Nacym Baghli, Mouna Boumazza, Toufik Nebbad, Redha Skander, Zohor Fatah Krache, Mohamed Ourrad, Walid Drouche, Liess Vergès, Feriel Gasmi Issiakhem, Akli Amrouche, Chafika Aït Oudhia Djelfaoui, Mourad Krinah, Yasmine Belabend, Amina Laoubi, Azizi Akram, montrent à travers leurs projets des solutions et modes de vies possibles d’un lendemain toujours incertain. Cela avec une réflexion éthique et responsable, actifs et revendiquant la maturité de leurs idéation pour une Algérie s’inscrivant pleinement dans le thème de la 22e édition de la Triennale. Il est à noter que la vingt-deuxième édition de la Triennale di Milano se déroule du 1er mars au 1er septembre 2019 sur le thème « Broken Nature : Design Takes on Human Survival ». Cette vingt-deuxième édition est organisée sous la direction de Paola Antonelli, Conservatrice principale de l’architecture et Design et Directrice de la recherche et du développement au Musée d’art moderne de New York. Sur le site officiel de la manifestation, il est souligné à propos de la thématique « Broken Nature : Design Takes on Human Survival » qu’il s’agit de l’exploration en profondeur de la relation qui lie les individus à l’environnement naturel, qui a souffert d’intenses, voire de sévères altérations au fil des ans. Présentant un large éventail de projets d’architecture et de design, l’exposition souligne le concept de design réparateur en mettant en exergue les objets et les concepts qui, à tous les niveaux, reconsidèrent la relation de l’être humain avec son environnement, prenant en compte les écosystèmes naturels comme sociaux. Les organisateurs de la 22e édition de la Triennale de Milan considèrent dans cet esprit que le design mérite le même degré de respect et de confiance que celui accordé à la science, en particulier lorsqu’il s’agit de révolutions majeures qui impliquent les individus et leurs comportements.n