La 16e édition du Grand Prix international cycliste d’Alger, prévue en principe à partir d’aujourd’hui mardi et jusqu’au 8 du mois en cours, a été annulée « faute de temps » dans sa préparation. Il est utile de noter que ce Tour international de la capitale, que la Ligue algéroise de la discipline, en collaboration avec la Direction de la Jeunesse et des sports (DJS) d’Alger parrainaient, devait connaître la participation de plus d’une centaine de coureurs algériens et étrangers.

Constituée de quatre étapes à travers le territoire de la wilaya d’Alger, cette édition 2019 devait débuter par un prologue à Staouéli (05/03/2019), puis une étape de 144,5 km à Zéralda (06/03/2019), suivie d’un circuit à Rouiba, sur 112,km (07/03/2019) avant de se clôturer le vendredi 8 mars à 14h30 par le circuit d’Alger (106 km/10 tours), tracé autour du ministère des Affaires étrangères. Si pour certains, dont le président de la section cyclisme du GSP, M. Douzi, ce report est dû au « manque de temps pour la préparation de cette manifestation sportive  non reconnue par l’UCI », d’autres  sources indiquent que le motif de ce report est  «l’absence d’interlocuteur légitime pour transmettre les invitations aux nations étrangères, conformément aux statuts des Fédérations nationales sportives pour cette discipline, avec la vacance à la tête de la Fédération algérienne de cyclisme (FAC), dont Mabrouk Kerboua n’est plus le président».

Sans patron au guidon
En effet, depuis la démission du président de la Fédération algérienne de cyclisme, Mabrouk Kerboua en novembre dernier, la « petite reine » algérienne est dirigée par Noureddine Nemla, cadre au ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) et désigné secrétaire général. Cette situation perdure et nuit au développement de la discipline tout autant aux cyclistes eux-mêmes concernant, entre autres, leurs préparations. Contacté par Reporters pour de plus amples informations, le candidat à la présidence de la Fédération algérienne de cyclisme et actuel président de la section de la spécialité du GS Pétrolier, M. Smail Douzi, a indiqué : « Je ne suis pas au courant de cette histoire d’envoi des invitations aux participants. Aux dernières nouvelles, je crois savoir que ce Grand Prix d’Alger a été annulé faute de temps ».

Un calendrier  à gérer
M. Douzi a rappelé que « ce Tour d’Alger devrait être organisé du 19 au 21 mars en cours, mais il se trouve que durant cette période, il y a les championnats d’Afrique (juniors-seniors) sur route qui sont prévus dès le 15 du mois en cours en Ethiopie. Ce qui explique pourquoi ce Grand Prix d’Alger a été avancé pour la période allant du
5 au 8 mars. Mais, explique notre interlocuteur, avec l’accumulation des Tour régionaux programmés, il est évident que la question de temps est d’importance. Jugez-en : il y a ce Grand prix d’Alger prévu du 3 au 5 du mois en cours. Puis il y a le second Tour régional d’Aïn Defla prévu entre le 13 et 15 mars. Il sera suivi, une semaine après par le 3eme Tour prévu à Batna et enfin un 4eme Tour prévu une semaine après celui de Batna et qui devra avoir lieu à Tipasa ».
Or, on constate donc bien que pour assurer la présence des « invités » à disputer le Grand Prix d’Alger, il faut avertir les « étrangers » concernés au moins une quinzaine ou une vingtaine de jours avant la manifestation prévue. Ce qui n’est pas possible pour le moment. Et c’est pourquoi justement M. Douzi estime que c’est donc «faute de temps que ce Grand Prix d’Alger 2019 a été annulé».