Bien que célébrée deux jours plus tard, le siège de l’unité principale de la Protection civile de Ghardaïa, situé à Bouhraoua, a vécu, dimanche, une journée particulière en commémoration du 1er mars, Journée internationale de la Protection civile. Des festivités rehaussées par la présence des autorités civiles et militaires, ainsi que de plusieurs chefs de daïra, de présidents d’APC, de représentants de la wilaya aux deux chambres du Parlement, de notables et de personnalités de la société civile. Après l’exécution de l’hymne national, le chargé de communication a lu un message de la Direction générale de la Protection civile (DGPC) à l’occasion de cette journée placée sous le slogan « nos enfants : notre responsabilité », alors que le lieutenant-colonel Abdelbaki Ouatouati, directeur de la Protection civile de la wilaya de Ghardaïa, a, dans une courte allocution de bienvenue à la presse, rappelé les nobles missions dévolues à ce corps de métier avec tous les sacrifices induits par les dangers inhérents aux divers types d’interventions. Il a, à ce propos, rappelé et rendu hommage à tous les sapeurs-pompiers qui ont consenti le sacrifice suprême pour sauver des vies humaines. Vint ensuite le traditionnel tour de remise de cadeaux et de prix aux vainqueurs des différentes compétitions sportives.
Les retraités de ce noble corps n’ont pas été oubliés puisqu’ils ont été honorés par des cadeaux et diplômes, qu’ils ont reçus avec humilité et un bonheur intense. Même les volontaires secouristes ont été de la fête. Une dizaine d’anciens secouristes formés par la Protection civile ont reçu des tableaux d’honneur et des cadeaux pour leur engagement désintéressé au service de leurs prochains en détresse. Le clou de la visite des divers engins et matériels reste incontestablement ces deux motos ambulances qui ont pour rôle de se faufiler plus facilement dans la dense circulation automobile pour arriver rapidement auprès de victimes et leur apporter les soins nécessaires. En effet, telle une ambulance ordinaire, la cabine de la moto dispose de tous le matériel des premiers secours. Ce qui certainement sera d’un précieux apport pour acheminer les blessés et les victimes vers les structures sanitaires les plus proches. Ce fut autour de l’unité amphibie, avec ses 9 plongeurs et 15 embarcations semi-rigides, puis de l’unité cynophile, avec ses chiens renifleurs de race Malinoise, d’être présentés à la délégation accompagnant M. Azzedine Mechri, le wali de Ghardaïa, qui a rehaussé de sa présence cette cérémonie. Mais avant de se diriger vers l’unité principale, la délégation a entamé sa visite par l’inauguration de la nouvelle unité secondaire d’El Atteuf, mise en activité avec un personnel de 24 éléments dont 4 officiers et exerçant selon le système de rotation de 24/48 heures. Selon le lieutenant-colonel Abdelbaki Ouatouati, directeur de la Protection civile de la wilaya de Ghardaïa, deux autres unités, l’une à Seb Seb, à 65 km au sud de Ghardaïa, et l’autre, à Châabet Ennichène dans la commune de Ghardaïa, seront mises en activité le 5 juillet prochain au plus tard. Pour rappel, l’Algérie qui a adhéré à l’Organisation internationale de la Protection civile (OPIC) le 20 février 1976, conformément à l’ordonnance n° 76-16, et qui a eu à subir dans son histoire récente des catastrophes naturelles majeures, notamment le séisme du 10 octobre 1980 qui a ravagé la région de Chlef (El Asnam à l’époque), ainsi que les inondations de Bab El Oued, suivi du séisme qui a ébranlé la région de Boumerdès et les inondations, qui ont ravagé en 2009 la vallée du M’zab, avait déjà engagé un travail de réflexion sur les méthodes à adopter et les moyens à engager pour faire face à ce type de catastrophes.
Un comité interministériel a été créé à cet effet qui avait alors permis d’identifier et de classer les 14 risques naturels et technologiques susceptibles de se produire dans notre pays et d’instituer une base juridique. O. Y.