La mission interministérielle de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a, au terme d’un séjour en Guinée-Bissau, exprimé hier ses inquiétudes quant au climat social tendu dans ce pays à cause notamment de la série de grèves dans le secteur éducatif. La mission interministérielle de la Cedeao a appelé ainsi, dans un communiqué, tous les acteurs sociaux à éviter les «positions maximalistes» dans leurs revendications et à mettre au premier plan les intérêts de la nation. Ces derniers mois, les trois syndicats du secteur de l’éducation, à savoir le Syndicat national des professeurs (Sinaprof), le Syndicat démocratique des enseignants (Sindeprof) et le Syndicat de l’enseignement supérieur ont observé des grèves pour exiger du gouvernement, entre autres, le paiement de leurs arriérés de salaire. La mission interministérielle de la Cedeao était dirigée par Geoffrey Onyeama, ministre nigérian des Affaires étrangères, par ailleurs président du Conseil des ministres de la Cedeao. Il était accompagné, entre autres, de Naby Youssouf Kiridi Bangoura, ministre d’état et Secrétaire général de la présidence de la Guinée. Durant cette visite de travail de 24 heures, les émissaires de la Cedeao se sont entretenus avec José Màrio Vaz, le président bissau-guinéen. La délégation de l’organisation communautaire a également rencontré le Premier ministre Aristides Gomes, le président de la Commission nationale électorale, José Pedro Sambö, ainsi que le groupe des ambassadeurs et des organisations partenaires internationaux de la Guinée-Bissau afin d’analyser ensemble le processus électoral en cours.