C’est certainement la crainte numéro un des décideurs du football en Algérie. Réussir à aller au bout du championnat de Ligue 1 et Ligue 2 Mobilis ainsi que la Coupe d’Algérie dans un contexte très complexe. Deux compétitions gérées par deux instances différentes qui se retrouvent dans l’obligation de travailler en concertation pour sauver la saison 2018-2019. Les patrons des deux structures, à savoir Abdelkrim Medouar (LFP) et Kheireddine Zetchi (FAF), ne sont pas les meilleurs amis du monde, mais devront œuvrer dans le même sens sur un dossier sensible.

La Fédération algérienne de football (FAF) a signifié à la LFP, via Kheireddine Zetchi, qu’elle devra la consulter à chaque demande de report émanant des autorités locales des wilayas: «Concernant la programmation des rencontres de championnat, il a été décidé de faire parvenir à la FAF toute demande de report émanant d’une autorité locale (wali) pour concertation et prise de décision.
Les Ligues sont appelées à faire preuve de vigilance, dans le traitement des demandes de report », indique le boss de l’instance.

La coupe, l’autre variable de l’équation
Zetchi a aussi révélé que « si la situation l’exige, un BF restreint pourrait se tenir pour prendre des décisions touchant à la programmation», tout en notant qu’il a incité «Medouar à être en contact permanent avec la fédération pour étudier toutes les possibilités concernant un éventuel report du championnat. La décision doit être prise après consultation, dans l’intérêt de notre pays et de notre football.» Ainsi, Medouar a dit qu’il fera « parvenir à la FAF toute demande de report émanant d’une autorité locale (Wali) pour concertation et prise de décision. Les ligues sont appelées à faire preuve de vigilance en traitant les demandes de report.»
Au championnat, se greffe Dame Coupe. Deux agendas qui viennent s’entremêler. Lors de la dernière réunion du Bureau fédéral (BF), tenue le 27 février dernier au Centre technique national (CTN) de Sidi Moussa, Medouar a relevé ce point. Il a notamment regretté que « la Commission de la Coupe d’Algérie reprogramme le match retour des quarts de finale de la coupe opposant l’ESS à l’USMAn pour le 27 février au lieu du 26/02 initialement prévu. Un changement qui a mis dans la gêne la LFP par rapport au match du championnat ESS-JSK annoncé pour le 2 mars 2019 », pouvait-on lire sur le PV de ce conclave. Il a aussi demandé à la commission de la coupe de « respecter la programmation et d’informer, si changement il y a, la Ligue avant de faire une annonce » en invitant « également MM. Oumamar et Benmedjber à veiller à ce que les feuilles de matche arrivent à la LFP et à la Commission de discipline.»

Rien n’est  moins sûr
Dans l’épreuve populaire, on ne recense qu’un seul qualifié au carré d’as. Il s’agit de l’ES Sétif tombeuse de l’USM Annaba (défaite 2/0 à l’aller et succès 4/0) au «retour»). Les trois autres formations qui complèteront le « final four » ne sont pas encore connues. Le CR Belouizdad a déjà joué le quart de finale «aller» face au NA Hussein-Dey en attendant le match «retour» qui ne se tiendra que le 28 mars à venir. Les autres affiches, JSM Béjaïa – Paradou AC et CS Constantine – MC Oran en l’occurrence, ne se sont pas encore disputées pour les deux actes. Il reste donc 10 duels à programmer.
En Ligue 1 Mobilis, il reste trois rencontres de mises à jour en instance (NA Hussein-Dey – MO Béjaïa, MC Alger – MC Oran et DRB Tadjenanet) et 7 journées à caser dans le programme. Soit un totale de 59 matchs avant le 19 mai prochain, date fixée pour clore l’exercice en championnat.
En tout cas, il a été convenu à ce que « la reprogrammation de ces matches se fera une fois la visibilité sera meilleure.»
Sachant l’instabilité de la situation avec une évolution qui pourrait aller dans le mauvais sens à tout instant, dire que la tâche de la FAF et la LFP est facile serait mentir. La menace plane, plus que jamais, sur la saison footballistique.n