Les deux firmes américaines Chevron et Exxon Mobil prévoient d’augmenter considérablement leur production de pétrole, dans le plus grand bassin de schiste au monde, au cours des cinq prochaines années. De quoi inonder les marchés de nouvelles offres, alors que la croissance de la demande ralentit.

Les deux plus grandes sociétés énergétiques américaines ont annoncé qu’elles souhaitaient pomper ensemble près de 2 millions de barils par jour dans le bassin permien de l’ouest du Texas et du Nouveau-Mexique, soit un volume nettement supérieur aux coupes prévues par les pays de l’Opep et leurs alliés, une baisse destinée à rééquilibrer l’offre et la demande en brut. Chevron prévoit d’atteindre 900 000 barils par jour d’ici 2023, alors qu’Exxon vise un million d’ici 2024. «Notre position dans le permien (couche et étape géologique Ndlr) continue de s’améliorer et constitue la base de nos ressources», a déclaré le directeur général de Chevron, Mike Wirth, à New York. La valeur de la position de la société au permien a doublé au cours des deux dernières années avec l’ajout de nouvelles réserves, a-t-il déclaré. L’augmentation de la production d’Exxon et de Chevron devrait probablement affaiblir encore davantage l’Opep sur les fondamentaux du marché pétrolier et compliquer les efforts de l’Organisation pour contrôler les prix. L’industrie du schiste est appelée ainsi à connaître un essor fulgurant durant les prochaines années, tant il est vrai que les sociétés d’exploration américaines sont mieux financées et bénéficient de nouvelles techniques de production. Ces nouvelles techniques permettent de mieux rentabiliser les forages et de faire face à d’éventuelles baisses des prix du pétrole. En 2014, l’Arabie saoudite et l’Opep ont pensé que la baisse des prix allait fragiliser le schiste américain, alors que les producteurs ont, depuis, su développer de nouvelles technologies leur permettant de mieux rentabiliser les forages. L’Organisation et ses partenaires non-Opep doivent faire face désormais à la nouvelle réalité des taux de croissance élevés des gisements auparavant négligés du Texas au Dakota du Nord. «Les objectifs ambitieux d’Exxon et de Chevron concernant la production de Permian rappellent encore une fois que la révolution du schiste américain, qui figure déjà parmi les nouvelles sources d’approvisionnement les plus importantes de l’histoire, a encore du chemin à faire», a déclaré Jason Bordoff, directeur du Center on Global Politique énergétique de Columbia University à New York. Le Permien «met au défi la capacité de l’Opep de supporter les prix tout en conservant des parts de marché», a ajouté Jason Bordoff, ancien responsable de la politique énergétique du gouvernement Obama. Chevron, qui a blanchi sous le harnais des mégaprojets en off-shore et dans les coins les plus reculés du monde, a réaffirmé son engagement à rehausser les niveaux de production du Permien de 40% sur les cinq ans à venir. En fait, les gisements de Permien et d’autres bassins schisteux représenteront plus de 80% de la nouvelle production de la société. Exxon Mobil a révélé que le projet de développement du Permien est encore plus ambitieux.
Ses puits permettront de générer des bénéfices même lorsque le pétrole est à 35 dollars le baril. Les annonces de Chevron et d’Exxon Mobil ont mis en lumière le fait que les sociétés d’exploration sont moins vulnérables à la baisse des prix du pétrole.
Elles sont par-dessus tout de plus en plus sophistiquées et mieux financées à même de faire face à un quelconque retournement de situation sur le marché pétrolier. L’Opep et certains producteurs non-Opep qui, depuis 2016, luttent inlassablement pour le rééquilibrage du marché et le soutien des prix, sont sérieusement mis en danger par une production américaine qui menace d’augmenter davantage et de compromettre sérieusement leurs efforts.<