L’intégration du système informatique géographique (SIG) pour déterminer les variétés agricoles à cultiver selon les régions constitue une « nécessité permettant un meilleur rendement agricole », ont affirmé mardi des spécialistes présents à l’ouverture de la première édition des rencontres régionales sur le développement des grandes cultures, organisée à l’université des Frères Mentouri (Constantine1). Ce système conçu pour recueillir, stocker, traiter, analyser, gérer et présenter tous les types de données spatiales et géographiques relatives aux ressources en eau, au sol, le découpage administratif, le réseau routier. Le volume des eaux pluviales contribue à l’amélioration de la planification pour prendre les décisions s’agissant des variétés agricoles à cultiver et la catégorie de semences à utiliser selon les caractéristiques de chaque région, a souligné Mme Nacira Dekkiche, chef de département aérotechnique auprès de l’institut technique des grandes cultures (ITGC). « La détermination des points forts et points faibles de chaque région contribue à l’efficacité de la décision prise s’agissant de la qualité des grandes cultures adoptées pour les régions, car prenant en considération les facteurs améliorant la production et le rendement », a ajouté la même responsable. Dans ce sens, Mme Dekkiche a insisté sur l’impératif d’élaborer des cartographies consacrées au blé dur et tendre et l’orge pour toutes les régions du pays, en vue d’atteindre l’autosuffisance en la matière, a appelé à adopter le parcours technique moderne mis en service par les instituts techniques des grandes cultures et qui contribuent, a-t-elle ajouté à la réduction des dégâts et pertes subis par les agriculteurs suite au changement climatique. Pour sa part, la secrétaire générale de l’ITGC, Mme Nacira Yaâlaoui a indiqué que l’Institut a créé dernièrement 104 variété de céréales s’adaptant à toutes les régions du pays et qui produisent actuellement entre 200 000 à 250 000 quintaux de semences sur une surface de 9 000 à 11 000 ha. De son côté, le directeur local des services agricoles (DSA), Yacine Ghediri a indiqué que Constantine figure parmi les wilayas ayant développé son parcours technique à travers l’analyse du sol et des engrais à utiliser, rappelant que la wilaya a réalisé une production « record » avoisinant 3 millions de quintaux de céréales. n