Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a affirmé hier à Paris que la France doit laisser le processus électoral algérien se dérouler, soutenant que l’Algérie est un pays «souverain» dont la stabilité est «essentielle». «Nous devons laisser le processus électoral se dérouler», a-t-il déclaré au sujet des manifestations populaires et l’élection présidentielle en Algérie devant des députés lors des questions d’actualité à l’Assemblée nationale française.
Il a rappelé que la France, «en raison de (ses) liens historiques», est « très attentive au déroulement de cette échéance majeure », évoquant « trois principes ». « L’Algérie est un pays souverain et c’est au peuple algérien, et à lui seul, qu’il revient de choisir ses dirigeants et son avenir, c’est au peuple algérien de définir ses aspirations, ce qui implique la transparence et la liberté du processus », a-t-il affirmé. Il a ajouté que l’Algérie est « un pays ami auquel nous rattachent des liens multiples », notant que ce qui se passe en Algérie « a des liens directs et un fort retentissement en France, nous le constatons ». Le ministre français a expliqué aux députés que l’Algérie est un « pays clé en Afrique et en Méditerranée », faisant observer que « c’est pourquoi la stabilité, la sécurité et le développement de l’Algérie sont tout à fait essentiels et c’est dans cet esprit que la France appréhende cette échéance cruciale en Algérie ». (APS)