Les mesures protectionnistes mises en place par Donald Trump n’ont pas abouti aux résultats escomptés par le président américain. Pire encore, le déficit commercial des Etats-Unis a atteint un niveau record depuis une décennie, preuve que l’opération de rééquilibrage des échanges commerciaux avec les pays étrangers a échoué. En effet, malgré les taxes douanières punitives imposées aux biens venus de l’extérieur du pays, M. Trump n’a pu empêcher l’afflux record des importations en provenance de Chine, du Mexique et de l’Union européenne. Et, sans l’excédent des échanges de services (+270,2 milliards), le déficit commercial atteint même 891,3 milliards (+10,4%), un record absolu dans l’histoire de la première puissance mondiale. De quoi hérisser Donald Trump, qui a fait de la réduction de ce déficit une priorité de sa politique économique. Cette ascension vertigineuse s’est produite, alors que l’administration Trump a déclaré, l’année passée, une guerre commerciale à ses principaux partenaires qui s’est traduite concrètement par des vagues successives de taxes douanières supplémentaires allant de 10 à 50% sur l’équivalent de 283 milliards d’importations américaines.
Les partenaires commerciaux des Etats-Unis, dont la Chine et l’UE, ont répliqué avec des tarifs douaniers de 16% en moyenne portant sur quelque 121 milliards de dollars d’exportations américaines. Ce conflit a, certes, affecté l’économie chinoise dont la croissance est tombée en 2018 à son plus bas niveau depuis 28 ans. Mais la vigueur du dollar a défavorisé les exportations américaines quand le yuan a dopé les exportations chinoises.
La croissance de l’économie mondiale, elle, a été moins forte que prévu, pâtissant les inquiétudes des investisseurs. Pour l’heure, les Etats-Unis n’ont pas ressenti les effets des représailles commerciales. Mais les experts s’accordent à dire que l’économie américaine va ralentir dès cette année à mesure que la baisse des impôts va s’estomper. Dans le détail, « les Etats-Unis ont enregistré des importations record en provenance de 60 pays, à commencer par la Chine (539,5 milliards), le Mexique (346,5 milliards) et l’Allemagne (125,9 milliards) », a commenté le département du Commerce. Les exportations du soja, très prisées des Chinois, mais frappées par les représailles de Pékin, ont baissé de 18% à 18,2 milliards. Ces données sont publiées alors que l’administration Trump négocie âprement un accord commercial avec Pékin pour mettre fin à leur conflit. L’objectif est d’obtenir des changements structurels dans les pratiques commerciales chinoises jugées déloyales, telles que les subventions d’Etat, le transfert de technologie forcé ou le vol de la propriété intellectuelle. Si Donald Trump a affiché ces dernières semaines sa confiance quant à un possible accord avec son homologue chinois Xi Jinping, les négociateurs sont plus prudents.
F. N.