Une mission d’observation de la Ligue arabe sera présente en Algérie dans le cadre du scrutin présidentiel du 18 avril. Dans cette perspective, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et le secrétaire général de la Ligue des Etats arabes, Ahmed Abou El-Ghit, ont signé, hier au Caire, un accord portant sur l’envoi d’une Mission qui viendra en Algérie se joindre à celles de l’Union africaine, de l’Organisation de la coopération islamique, de l’Union européenne et des Nations unies.
«(…) la Ligue des Etats arabes a accédé à la demande algérienne de participer à l’observation internationale de l’élection présidentielle, en marquant l’intérêt qu’elle porte pour la réussite de ce rendez-vous important», indique un communiqué du MAE, qui souligne qu’à l’issue de la signature de l’accord, M. Abou El-Ghit a loué «l’attachement de l’Algérie à réunir toutes les conditions de transparence et de régularité pour ce scrutin, y compris en invitant des organisations régionales et internationales à l’observation de cette élection».
Lors de ses réponse aux questions et observations des députés sur la Déclaration de politique générale du gouvernement, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a affirmé que «rien ne peut empêcher le peuple algérien de choisir souverainement le président de la République», faisant valoir «la transparence» qui devrait, selon lui, caractériser le scrutin présidentiel. Dans ce sens, M. Ouyahia a fait savoir qu’outre les mesures juridiques mises en place et la Haute instance indépendante de surveillance des élections (Hiise), plus de 400 observateurs étrangers seront présent en Algérie pour suivre le déroulement de l’élection présidentielle.