En librairie à partir du 28 mars 2019, le quatrième numéro de la revue annuelle de littérature et de réflexion, «Apulée», publiée par les éditions françaises Zulma, a pour intitulé et thème «Traduire le monde». Ce numéro, illustré de «multiples graphies» et organisé également autour de dossiers, réunit une bonne trentaine d’auteurs (dont Yahia Belaskri qui est également membre du comité de rédaction, Abdelkader Djemaï, Leila Sebbar, Amin Khan) dans lequel ils abordent un thème par lequel «on accède majoritairement aux cultures du monde», comme mentionné dans l’argumentaire. «Plus une langue s’emploie à traduire, plus s’éploient ses capacité inventives. Les grandes heures d’une culture correspondent aux apports décisifs des autres langues, étrangères, toujours plus ou moins apparentées, ne serait-ce que par la vigoureuse, multiforme analogie des espaces symboliques. (…) Ainsi visitera-t-on les langues enfouies, archéologiques, et leurs trésors», indique-t-on dans l’argumentaire. Pour le comité de rédaction, il s’agit, à travers ce numéro, de «relancer et d’exalter l’aventure existentielle dans ses grandes largeurs, à commencer par ces lointains qui nous rassemblent, fidèles à l’appel constant des deux rives et des antipodes, à savoir cette idée toujours neuve de la liberté, dans l’interdépendance et l’intrication vitale des cultures». En outre, les éditions Zulma lancent le Prix Apulée de la Traduction. «Il récompensera un texte court, de littérature ou de réflexion, traduit pour la première fois en français et écrit dans l’une des 6 912 langues du monde par un auteur résidant en Europe». Ce prix sera lancé à l’occasion de Livres Paris (Salon du livre de Paris), le lundi 18 mars, en présence de Yahia Belaskri, François-Michel Durazzo, Hubert Haddad et Laure Leroy. Par ailleurs et pour rappel, la revue «Apulée» a été initiée par Hubert Haddad, en charge de la rédaction. Il est entouré d’un comité de rédaction composé de Yahia Belaskri, Jean-Marie Blas de Roblès, Ananda Devi, François-Michel Durazzo, Hubert Haddad, Catherine Pont-Humbert et Éric Sarner. Cette publication annuelle a pour ambition de «parler du monde d’une manière décentrée, nomade, investigatrice, loin d’un point de vue étroitement hexagonal, avec pour premier espace d’enjeu l’Afrique et la Méditerranée», précise l’éditeur dans sa présentation. Chaque numéro de cette publication, qui défend la liberté (des imaginaires et de création), abordera un thème en particulier, selon différents points de vue, avec la collaboration d’artistes de différents horizons, géographiques et créatifs (romanciers, poètes, penseurs, plasticiens…). Trois numéros ont déjà été publiés : il s’agit de «Galaxies identitaires» (2016), «De l’imaginaire et des pouvoirs» (2017), et «La Guerre et la paix» (2018).
R. C.