Les services d’urologie et de néphrologie du Centre hospitalo-universitaire d’Annaba ont prévu de réaliser entre 30 et 40 greffes rénales au titre de l’année 2019, avons-nous appris par le professeur Ahsene Atik, chef du service de néphrologie, dialyse et transplantation à l’hôpital Ibn-Sina de Annaba. Une soixantaine de malades souffrant d’insuffisance rénale figurent sur la liste d’attente.
«Nous espérons pouvoir dépasser les 30 opérations cette années, notamment au vu de la liste d’attente pour les transplantations qui compte une soixantaine de malades. Prochainement, nous allons effectuer des travaux de restauration et d’aménagement du service, avec l’ajout de nouveaux matériels médicaux modernes à la pointe de la technologie. Avec ces ajouts, nous espérons booster le nombre d’opérations, en 2019, à 40 au lieu de 30 transplantations rénales», explique le professeur Atik.
En 2018, l’Algérie a vu la réalisation de près de 800 greffes d’organes, dont 251 transplantations rénales. La wilaya d’Annaba a franchi le seuil des 120 transplantations rénales en 2018, avec une moyenne de 2 à 3 transplantations enregistrées mensuellement. Les trois dernières opérations pour l’année 2018 ont clôturé le bilan des greffes de reins à Annaba. En effet, aucune augmentation dans le nombre des transplantations rénales n’a été enregistrée pour l’année 2018, au grand désespoir des équipes en charge de ce programme. Alors qu’en 2017, les équipes du service de néphrologie s’étaient fixé un objectif de 40 transplantations, dont à peine la moitié fut réalisé en 2018. La wilaya d’Annaba compte actuellement 1 100 insuffisants rénaux, soit plus de 10% du chiffre global enregistré à l’échelle nationale. Dans la région d’Annaba, annuellement, quelque 20 000 séances d’hémodialyse sont enregistrées, selon les statistiques officielles, soit 60 séances par jour. D’où la pertinence de cette opération de restauration du service de néphro-hémodialyse-transplantation, dont l’objectif principal est de rectifier les handicaps et les difficultés que rencontre le service de néphrologie, sur le plan aussi local et ce, dans la perspective d’améliorer la prestation de la direction de la santé auprès des patients. n